ToutMa ToutMa n°57 - Décembre 2019 / Janvier 2020 - Page 52

agenda DÉCEMBRE 2019 / JANVIER 2020 TEXTES _Caroline BOUTEILLÉ jusqu’au 16 février E Jacques Lucien, Pont Vieux-Port et Fort Saint-Jean, Marseille n littérature, on dit souvent qu’une description, c’est une « pause dans la narration ». En vérité, ça dépend un peu des cas, il y a des descriptions qui l’air de rien racontent en creux des intrigues. Et en peinture, on a coutume de dire que contrairement au cinéma, l’image n’a pas de temps pour se déployer et que ce qu’elle exprime, elle le dit d’un bloc. Encore une fois, c’est un peu sim- pliste, le regard chemine sur la toile, et qui dit « chemin » suppose « durée ». Jean Giono était un grand spécialiste de la description narrative et Lucien Jacques, qui fut son premier éditeur et demeura toute sa vie un grand ami, peignait assurément ses aquarelles comme des histoires, qui se déroulaient avec grâce, au gré du cheminement toujours en partie aléatoire de l’eau imbibant le papier. Dans le cadre de l’Année Giono, le musée Regards de Provence revient avec brio sur cette belle fraternité artistique. MUSÉE REGARDS DE PROVENCE Allée Regards de Provence, Marseille 2 e À noter, billet couplé Regards de Provence + MUCEM 11 € LUCIEN JACQUES LE SOURCIER DE GIONO LES LUMIÈRES LÉGENDAIRES DE CHINE jusqu’au 19 janvier À quelques égards, et quoiqu’on soit également bien pourvu dans le Sud en matière de dévotions festives, on a de quoi jalouser le folklore de Noël de l’Est, qui, sous l’influence luthérienne, a multiplié à foison les occasions de célébrer l’hiver et la Nativité, à grands renforts de parades nocturnes chamarrées, moufles en pagaille, rouge aux joues et lanternes à la main… Mais quitte à mettre le cap vers l’est pour s’émerveiller de la lumière chatoyante des lampions, cette année, allons directement chercher l’Orient ! À la tombée de la nuit, les 7 hectares du parc du palais Longchamp s’illumineront de mille couleurs par la grâce de 300 lanternes de soie figu- rant des animaux, réels ou merveilleux (dont un dragon de plus de 20 m), qui inviteront les visiteurs à une déambulation onirique et spectaculaire ins- pirée des légendes chinoises. C’est la sortie idéale pour les enfants. PARC DU PALAIS LONGCHAMP boulevard Philippon, Marseille 4 e De 18h à 23h - Tarif enfant : 11 € ; adulte 13 € Réservations _lumiereslegendaires.com Jacques Lucien, Un quartier de Marseille 2 GIONO AU MUCEM jusqu’au 17 février 020 sera l’occasion de célébrer l’Année Giono, de Marseille à Paris en passant par Manosque (« ce sein rond est une colline », disait l’auteur, évoquant la ville qui l’a vu naître et mourir, il y a justement cinquante ans). Dans le cadre de cette commémoration, le Mucem présente depuis octobre une exposition phare qui a l’ambition de retracer et de rendre compte avec justesse à la fois de l’œuvre et de la vie de l’écrivain provençal, dont le travail et les engagements, loin d’être aussi géographiquement ancrés qu’on a pu le dire ou le croire, ont toujours été bien plutôt universalistes. Et on ne saurait dire si le voisinage du Mucem et du fort Saint-Nicolas, où l’écrivain fut emprisonné en 1939, est une ironie tragique, un rappel de la noirceur de l’existence ou au contraire l’idée qu’il ne faut jamais désespérer du monde. Et c’est un peu ce prisme qui préside à l’exposition : Giono, c’est à la fois les adaptations solaires de ses romans par Pagnol et la cruauté métaphysique d’Un Roi sans divertissement. Une idée que marque bien la scénographie, impossible de comprendre l’œuvre dans sa complexité si l’on oublie le vétéran de 1914-1918. L ’exposition, qui joue la carte de la transversalité, met en regard des textes de l’auteur (avec une quantité im- pressionnante de manuscrits et de documents d’époque) et des œuvres picturales qui leur font écho, présentant notamment des tableaux de Bernard Buffet, de Thu Van Tran, ou encore de Charles-Frédéric Brun, qui ins- pira à Giono son roman Le Déserteur. Dans un registre plus léger, une partie de l’exposition a été pensée par l’artiste Clémentine Mélois, qui présente une bibliothèque imaginaire et intime de cet écrivain dont l’œuvre s’est toujours nourrie avec gourmandise de celle des autres, une jolie façon de souligner la cohérence de la démarche du Mucem. MUCEM Esplanade du J4, Marseille 2 e _www.mucem.org Décembre 2019 / Janvier 2020 _TM n°57 50 Retrouvez tous nos reportages sur www.toutma.fr