ToutMa ToutMa n°57 - Décembre 2019 / Janvier 2020 - Page 49

culture ACTU LITTÉRAIRE TEXTES _Caroline BOUTEILLÉ Musée Granet cahier d’activités L a maison d’édition aixoise Objets de papier a vu le jour en 2016, après que Patricia Manechez et Natalia Leschi se sont retrouvées autour d’un fétiche commun (du genre que l’on partage sans honte), celui du papier. Du beau papier, recyclé qui plus est. Et tant qu’à faire, il s’agit d’imprimer de belles choses dessus ! Le dernier-né de la maison est un cahier d’activités coréalisé avec le musée Granet. Les deux comparses (la première est édi- trice, la seconde, graphiste) ont imaginé l’histoire d’Antoine et Léa, frère et sœur, qui parcourent le musée aux côtés du fantôme d’un croisé imaginaire, inventé par Gaspard de Gueidan au xviii e siècle. En chemin ils rencontrent des épreuves (mots mêlés, points à relier, énigmes, etc.) qui sont autant de prétextes à l’exploration des collections du musée. Aussi malin que ludique ! 60 pages, Objets de papier, 13,50 € Édition bilingue français-anglais Charlie Fisher et le gang des Whiz Colin Meloy et Carson Ellis (illustrations) M arseille, 1961, Charlie Fisher, fils de l’ambassadeur des États-Unis, s’ennuie ferme sur un banc de la place Jean-Jaurès. Il griffonne des petites histoires dans son cahier quand il remarque le manège, aussi étrange que fascinant, d’un groupe d’enfants dans la foule. Peu de temps après, le jeune garçon s’avise de la disparition du luxueux stylo qui était pourtant dans sa main l’instant d’avant… C’est l’œuvre d’un gang de pickpockets ! Un groupe d’enfants qu’il aura tôt fait d’intégrer, avide de donner à sa vie bien rangée un tour plus aventureux. Ce roman de Colin Meloy est une petite pépite de littérature jeu- nesse, avec tout ce qu’il faut d’humour, de coups de théâtre, de personnages hauts en couleur et de fantaisies narratives. Les illustrations du Marseille des années 1960, par Carson Ellis, ajoutent au charme un brin désuet (juste ce qu’il faut) de ce roman d’apprentissage malin, qui a la bonne idée de croire en l’intelligence des enfants. 412 pages, Pocket Jeunesse, 17,90 € Le Sillon Valérie Manteau P rix Renaudot 2018, Le Sillon de Valérie Manteau (qui vient de sortir au format poche) est de ces livres qui vous invitent brutalement à vous décentrer. La figure ambivalente de la narratrice (perdue quelque part entre fiction, reportage et confidence), partie depuis Marseille rejoindre son amant à Istanbul, nous entraîne avec elle dans un récit intime d’une inten- sité et d’une sincérité rares, un vrai « coup de poing dans la gueule », comme l’aurait certainement dit Cavanna, qui fut l’un des collaborateurs de la romancière. Alors qu’elle enquête sur l’assassinat de Hrant Dink (journaliste et écrivain turc d’ori- gine arménienne), la jeune femme s’engage dans un maelström d’interrogations et de contradictions qui nous font ressentir avec force la violente confusion dans laquelle baigne la Turquie moderne. Une fois sa dernière page tournée, difficile de dire si le livre est un hommage vibrant, et tourné vers l’avenir, à tous les esprits libres victimes de l’obscurantisme qu’il évoque ou l’image vaporeuse d’une Turquie qui n’est déjà plus que le lambeau d’un souvenir. Un livre déchirant mais nécessaire. 240 pages, Le Tripode, 9 € Sur la piste de Sherlock Holmes Anne Martinetti Une table, au Sud Ludovic Turac, Anne et Jean-Philippe Garabédian Q our peu qu’on connaisse sa cuisine, on voudrait connaître son histoire, et vice versa. Ça tombe très bien car le premier livre dédié au jeune chef étoilé Lu- dovic Turac mélange les deux avec gourmandise, sans doute parce que l’éditeur et les auteurs ont bien com- pris une chose essentielle : la cuisine, c’est toujours la rencontre entre un savoir-faire technique et une sensi- bilité singulière, née de la mémoire gustative d’un chef. Aussi Ludovic Turac nous raconte-t-il, par exemple, comment, en devenant père, il a naturellement eu envie d’intégrer des saveurs arméniennes dans ses plats, jusque-là très classiquement français. L’ouvrage compte près de vingt-cinq recettes résolument méditerranéennes, déclinées en deux versions : façon « cuisine maison » et façon « res- taurant étoilé ». Comme ça, tout le monde s’y retrouve ! uand Anne Martinetti n’écume pas les archives du Sud pour ToutMa, elle se lance à la poursuite des grands romanciers britanniques, avec une prédilection marquée pour les auteurs de polars. Cette fois-ci, c’est la vie d’Arthur Conan Doyle (qu’on imaginait plus casanier) qu’elle passe en revue. Ou bien est-ce celle de Sherlock Holmes ? Il faut dire que, fait unique dans la littérature, l’aura du personnage a tellement supplanté celle de son créateur qu’il s’est toujours trouvé des gens pour le croire plus réel. On comprend mieux l’ambiguïté quand on découvre combien les aventures du détective se sont nourries des voyages (Indes, États- Unis, Royaume-Uni…) et autres expériences singulières de leur auteur. Un ouvrage d’une grande érudition, richement illustré, à mi-chemin entre le livre de voyage et la biographie, un instantané étonnant de l’époque victorienne. 156 pages, La Fabrique de l’épure, 24 € 192 pages, Hugo Image, 24,95 € P DES INFOS, DES PEOPLE, DES CONCOURS, DE LA GASTRONOMIE ET BIEN PLUS ENCORE… Retrouvez-nous chaque jour sur www.toutma.fr et les réseaux sociaux SUIVEZ-NOUS ! & pour ne rien louper des principales actus, chaque jeudi dans notre newsletter clin d’œil… Décembre 2019 / Janvier 2020 _TM n°57 47 INSCRIVEZ-VOUS ! Retrouvez tous nos reportages sur www.toutma.fr