The Doppler Quarterly (FRANÇAIS) Printemps 2017 - Page 24

soit pas motivé par un événement déterminant, qu'il s'agisse du renouvellement d'une licence d'entreprise ou d'un événement de fi n de vie imminent pour l'une des technologies principales. Dans de telles situations, il n'est pas trop diffi cile de faire valoir des arguments fi nanciers convaincants. Une analyse du retour sur inves- tissement démontrera souvent la réduction potentielle du coût total de possession (TCO), résultant d'économies annuelles de plusieurs millions de dollars. Ancrage profond Les multiples grandes équipes et les employés hautement qualifi és qui continuent à prendre soin de la pieuvre de l'entrepôt de données et à l'alimenter n'ont aucun intérêt réel à s'aventurer dans l'inconnu. La direction générale et les cadres inter- médiaires ne sont pas à l'aise avec le lancement d'une initiative gigantesque appelée « modernisation de l'entreposage des données ». Sans une éducation, une sensibil- isation et une gestion du changement consciencieuses, il sera diffi cile de surmonter cette résistance au sein d'une entreprise. Peur de la perturbation Depuis de longues années, les tentacules de la pieuvre de l'entrepôt de données ont pénétré au plus profond de l'entreprise. Certains processus importants, comme la frénésie de production de rapports fi nanciers, qui exige beaucoup de main-d'œuvre et dure plusieurs semaines, ont été élaborés en fonction des limites de l'entrepôt de données. En l'absence d'une stratégie claire, la simple possibilité de changement et les perturbations consécutives laissent les directeurs informatiques abasourdis. Les entreprises qui se sont lancées avec nous dans un tel projet font d'abord une pause stratégique et investissent dans l'élaboration d'une feuille de route prudente qui anticipe les défi s potentiels et atténue les risques. Le bien-fondé de la modernisation| : ne pas s'arrêter aux évidences Gerry Fierling, qui était mon un collègue lorsque j'occupais le poste de responsable produit principal Microsoft pour la Business Intelligence, pourrait transformer le fond d'une situation complexe en une petite phrase intrigante. Il avait l'habitude de dire : «|La principale raison de l'échec d'un entrepôt de données est son succès.|» Ce que Gerry voulait dire par là, c'est qu'au fur et à mesure de l'augmentation du nombre de personnes qui utilisent les rapports et les fl ux de l'entrepôt de données, des exigences d'utilisation plus novatrices émergent. Bon nombre de ces nouvelles exigences ne peuvent pas être prises en charge par notre vieille pieuvre indisci- plinée, car il est quasiment impossible de concevoir un entrepôt de données qui anticipe tous les futurs modèles d'accès possibles. Au moment où vous vous décidez pour une structure - un modèle de données relationnelles, pour être précis - vous semez les graines qui verront éclore de futurs utilisateurs mécontents. Leurs exi- gences ne seront pas prises en charge sans un certain fi gnolage de la solution. «|Schéma à la lecture|» plutôt que «|Schéma à l'écriture|» Le concept de « schéma à l'écriture », qui signifi e s'engager à l'avance dans une structure pour stocker les données, est intrinsèquement limité à un ensemble de cas d'utilisation initiaux et futurs, même au sein d'un entrepôt de données bien conçu. Pourtant, les entreprises modernes doivent prendre en charge un large éventail de charges de travail et modèles analytiques évolutifs. Le fait de s'engager 22 | THE DOPPLER | PRINTEMPS 2017