The Doppler Quarterly (FRANÇAIS) Printemps 2017 - Page 11

données stockées sur S3, est-ce que vous voulez vraiment les dupliquer auprès d'un autre prestataire de cloud comme dispositif de sécurité alors que ce dernier ne ser- vira probablement qu'une seule fois par an dans le cadre d'une panne qui pourrait avoir un impact sur une API de stockage ? Peut-être que oui, mais j'explorerais d'abord chaque solution pouvant assurer la redondance et la haute disponibilité avec le prestataire de cloud existant. Parlons aussi de l'aspect temporel. Souvenez-vous du temps et du nombre d'itéra- tions nécessaires pour que la zone d'application existante soit réellement utilisable en production. Voulez-vous revivre tout ce processus avec le prochain prestataire de cloud dont les API et l'architecture sont complètement différentes ? A quoi l'en- treprise renonce-t-elle lorsque vous faites cet investissement ? Quelles caractéris- tiques et quels services pourriez-vous offrir dans le même laps de temps, qui pour- raient accroître les résultats nets de l'entreprise ? Je vais être clair. Je ne prétends pas que les stratégies hybrides ou multicloud soient mauvaises. Ce que je veux dire, c'est que si le seul objectif de la stratégie est le bas- culement, je pense que c'est une stratégie peu judicieuse. Les meilleures raisons d'adopter des stratégies hybrides ou multicloud sont de tirer parti des meilleures API cloud afi n de résoudre votre problème métier. Par exemple, il n'est pas rare qu'une entreprise utilise AWS pour traiter la plupart de ses problèmes métier, mais fasse appel à Google pour ses capacités d'analyse et de Big Data. Nos recommandations 1. Les prestataires de cloud connaîtront des pannes de services en de rares occasions, ce qui pourrait avoir un impact sur votre capacité à maintenir le fonctionnement de vos applications. Gardez à l'esprit que la fréquence à laquelle ces pannes se produisent est nettement inférieure à celle des pannes de datacenter que connaissent presque toutes les entreprises à travers le monde. Arrêtons donc de penser que nous pouvons mieux gérer les datacen- ters qu'Amazon, Google et Microsoft. 2. Avant de vous lancer dans un parcours coûteux et fastidieux afi n d'établir un second cloud pour la haute disponibilité, explorez toutes les options possi- bles qui permettraient de bénéfi cier de la haute disponibilité avec votre prestataire de cloud actuel. A chaque panne, de nombreuses entreprises témoignent de l'interruption de leur activité pendant des heures. Mais beau- coup d'entreprises ne rencontrent pas ces problèmes parce qu'elles ont anticipé le fait que chaque API peut être défaillante et le sera à un moment donné. 3. Ignorez ces bruissements. Lorsque ces problèmes surviennent, tous les four- nisseurs qui sont largement concurrencés par AWS montent au créneau pour revendiquer qu'ils vous l'avaient bien dit et que vous devriez adopter leurs produits. Toutes les entreprises et les personnes intéressées par le cloud privé et les datacenters commencent à s'agiter. Mais une fois la tempête passée (généralement après une journée), les entreprises reprennent le cours normal de leurs activités. Les entreprises qui ont réussi à implémenter des logiciels et des services sur le cloud public se démarquent de la concurrence qui ne l'a pas fait. Des bruissements restent des bruissements. 4. Etudiez l'analyse post-mortem du prestataire de cloud. Plus important encore, étudiez les leçons apprises par les entreprises qui ont survécu à la panne et par celles qui n'y ont pas survécu. Chaque diffi culté rendra le prestataire de cloud et ses clients plus forts s'ils en tirent tous des enseignements. 5. Restez calme et tous à vos clouds ! PRINTEMPS 2017 | THE DOPPLER | 9