The Doppler Quarterly (FRANÇAIS) Printemps 2018 - Page 52

Leçon n° 2 : de nombreuses organisations abordent leur démarche en optant pour des technologies de SGBDR traditionnelles qu’elles insèrent dans des conteneurs. Or, cette pratique engendre des problèmes opérationnels et complexifie le trans- fert des conteneurs en raison de l'accroissement des volumes de données. De sur- croît, cette approche risque également d'encourager l'intégration de la logique métier dans la base de données. Dans une approche de conteneur, il convient que la logique métier se trouve en dehors de la base de données, afin non seulement de faciliter la mise à l’échelle indépendamment des autres fonctions applicatives, mais aussi d'autoriser une certaine flexibilité dans le choix du magasin de données exploité. Dans l'idéal, la logique métier doit donc être intégrée à d’autres aspects des fonctionnalités applicatives, via un modèle de publication ou d'abonnement, en permettant une évolutivité de l’application selon différents niveaux à mesure que les charges de travail évoluent. Leçon n° 3 : l'état des applications ne doit jamais être stocké dans les conteneurs. Les conteneurs sont des ressources transitoires qui ne permettent pas de stocker de façon fiable des informations persistantes. Il convient, à l’inverse, de définir une couche du magasin de données dédiée au suivi de l’état nécessaire à la gestion des flux de travaux et de l’expérience utilisateur. Leçon n° 4 : les flux de messagerie et de travail doivent être manipulés par le biais de services extérieurs aux conteneurs et à la logique applicative. Cette précaution permet de s'assurer que l'évolution et la mise à l’échelle des services auront lieu indépendamment des fonctionnalités applicatives. Elle permet également un trait- ement plus robuste et plus fiable de la gestion des erreurs et des nouvelles tentatives. Ces quelques leçons montrent l’importance qu'il y a à respecter deux principes fon- damentaux en matière de transfert de conteneurs dans le cloud : d’une part, dis- tinguer le calcul du stockage, et d’autre part s'efforcer de décomposer les applica- tions monolithiques en modules fonctionnels de taille et de niveau de couplage plus réduits. Lorsque ces leçons sont appliquées en combinaison avec les capacités éphémères de « déploiement lorsque nécessaire, destruction une fois terminé » qui caractérisent les conteneurs, elles permettent de provisionner des architectures dotées de la meilleure combinaison de caractéristiques intrinsèques du cloud et des conteneurs. 50 | THE DOPPLER | PRINTEMPS 2018