The Doppler Quarterly (FRANÇAIS) Printemps 2018 - Page 23

Facteur n° 4 : automatisation avec approche d'usine Le moyen décisif de relever les défis d’échelle, de vitesse et de sécurité dans un projet de migration consiste à incorporer l’automatisation et la réutilisabilité. À mesure que l'automatisation des tâches se généralise, le processus de migration devient de plus en plus facile et peut être mis à l'échelle avec une accélération et un renforcement de la sécurité. Les migrations à l’échelle exigent une approche d'usine. Ce type de con- figuration s'appuie sur un mélange d’outils et de processus visant à améliorer la qualité, l’exactitude et précision. Pour ce qui est des outils, le choix de la bonne combinaison, ainsi que le temps et les efforts inves- tis pour développer l’automatisation nécessaire, permettent d’atteindre l’échelle et la vitesse souhaitées. Au-delà de ces outils, vous avez besoin d’une couche de processus et d’orchestration qui traite toutes les fac- ettes de la migration, y compris le séquençage, la configuration, les dépendances, la mise à l'essai et la validation. Vous devez également prévoir un programme d'habilitation grâce auquel un personnel supplé- mentaire sera formé et déployé en fonction des exigences, dans le cas d’une migration à grande échelle. Une démarche d’automatisation et d'usine a également pour avantage de réduire les temps d’arrêt au moment de la migration, les erreurs com- mises par les utilisateurs lors des tâches manuelles, ainsi que les exi- gences de traçabilité. Dans de nombreux cas, un système de CI/CD et de gouvernance existant peut se révéler suffisant pour les applications dont le déploiement est dans une large mesure automatisé. En revanche, si aucun déploiement automatisé n'est disponible (par exemple dans le cas d’applications COTS ou du modèle « Rehost »), vous devez le définir par vous-même ou faire appel aux capacités d'automatisation préconfigurées fournies par des outils tiers. PRINTEMPS 2018 | THE DOPPLER | 21