The Doppler Quarterly (FRANÇAIS) Hiver 2018 - Page 33

1. Évaluer le portefeuille d’applications Vous possédez plusieurs centaines d’applications qui vont des logiciels commerciaux aux programmes développés en interne en passant par l’Open Source. Toutes ces applications possèdent des caractéris- tiques uniques : versions des logiciels, empreintes mémoire, temps de latence du réseau, exigences BC/ DR, valeur marchande et commerciale, ainsi que toutes les interdépendances entre ces différents aspects. Vous devez procéder à un examen holistique de ces applications pour différencier celles qui sont déjà bien adaptées au cloud, celles qui nécessitent une certaine remise à niveau et celles qui sont totale- ment incompatibles. La connaissance de cette infor- mation est la première étape pour déterminer à com- bien s’élèveront vos coûts du cloud. Vous devez également identifi er une première application à faire migrer urgemment dans le cloud, afi n de permettre à votre entreprise de mesurer l’effort nécessaire et de tester vos hypothèses sur le reste de votre porte- feuille d’applications. 2. Concevoir l’architecture cloud adéquate Le but du cloud n’est pas vous contenter de repro- duire votre infrastructure actuelle serveur par serveur et sous-réseau par sous-réseau, comme le croient habituellement les organisations de prime abord. Vous devez au contraire rechercher des moy- ens de tirer parti des fonctionnalités du cloud dans le but d’optimiser vos applications et votre infrastruc- ture actuelles, tout en préservant ou en renforçant la sécurité, les performances et la disponibilité, et en réduisant les coûts. Certes, il est souvent suffi sant de faire migrer l’appli- cat ion dans le cloud dans son état actuel, mais cette option n’est pas toujours la meilleure, et pas unique- ment en termes de coût. L’exemple que j’ai cité plus haut, à savoir une société qui exploite 700 serveurs de développement, est un bon cas d’utilisation dans lequel une révision d’une partie de l’architecture s’im- pose. Peut-être qu’au lieu de confi er un serveur à chaque développeur, l’entreprise préférera que les applications soient réécrites, conteneurisées, divisées en micro-services, etc. Durant le processus d’évaluation du portefeuille d’ap- plications, il convient que vous ayez identifi é cer- taines caractéristiques de vos applications qui vous aideront à déterminer l’opportunité de les faire migrer telles quelles, de les retravailler, ou tout sim- plement de les abandonner. Toutes ces décisions sont de nature à infl uer sur votre future architecture dans le cloud, de même que sur les coûts d’exploitation et de migration. L’étape numéro 10 de notre plan d’adoption du cloud prévoit une approche solide de la migration et différentes manières de catégoriser vos applications. 3. Évaluer le coût total de possession et le retour sur investissement Voulez-vous vraiment savoir combien le cloud public va vous coûter ? Voulez-vous vraiment savoir si l’arrêt de tels serveurs dans 10 secondes créera une dif- férence ? Si tel est le cas, vous devez tirer parti des enseignements cités plus haut et calculer le coût total de possession de vos opérations dans le cloud, en prenant en compte votre architecture souhaitée, les coûts de maintenance, les octrois de licence et les autres projections supplémentaires au cours des trois prochaines années. Si vous avez besoin de connaître le retour sur investissement, vous devrez compléter vos données de coût total de propriété par une solide analyse du coût actuel sur site des applications, infra- structures, ressources humaines et licences de logi- ciels, puis calculer les coûts de migration ou de reprise des applications en vue de leur transition vers le cloud. Ces exercices doivent-ils être aussi complets et laborieux que l’obtention d’un doctorat d’informa- tique ou d’une MBA section fi nance ? Certes pas ; mais vous devrez néanmoins consacrer le temps nécessaire à l’acquisition d’une visibilité complète sur ce qui va se passer avant votre arrivée dans le cloud. Et si vous êtes déjà présent dans le cloud et avez déjà accompli toutes les étapes préconisées ci-dessus, vous n’avez, pour autant, rien à perdre à continuer de suivre en permanence vos dépenses et à optimiser de vos opérations. L’intention annoncée d’Amazon de facturer ses machines virtuelles à la seconde pourrait avoir une incidence directe sur le choix du mode d’ar- chitecture de votre application. Voulez-vous vraiment tirer le meilleur parti de votre cloud public ? Si votre réponse n’est pas affi rmative à 100 %, appelez-nous. Nous pouvons vous venir en aide. Commencez dès à présent à améliorer la maturité fi nancière de votre cloud. cloudtp.com/contact HIVER 2018 | THE DOPPLER | 31