The Doppler Quarterly (FRANÇAIS) Été 2018 - Page 70

Parmi les critères des règles, citons les suivants : • Criticité opérationnelle • Développement personnalisé (en interne) • Couches applicatives • Complexité • Niveau de préparation • Nombre de serveurs Pour cette mission spécifique, environ 30  règles portant sur les caractéristiques techniques, commerciales et fonc- tionnelles des applications ont été appliquées. Pour hiérar- chiser les applications, il est important de saisir toutes les caractéristiques jugées incontournables. Les règles peuvent être modifiées ou complétées suivant les exigences spéci- fiques d’un projet de migration. La logique générale doit refléter les aspects préférentiels de l’activité. Par exemple, une application dotée d'un système d'exploitation non conforme nécessitera un effort de migration supplémentaire. Il peut être nécessaire de faire migrer cette application dès le début afin d'en retirer cer- tains bénéfices, tels que le coût d’un programme de migration. À la fin de cet exercice, vous obtenez une liste d’applications et les scores correspondants. Il suffit de la trier par scores afin d'obtenir la séquence de migration privilégiée. Vitesse de migration La vitesse de migration est la rapidité avec laquelle la migration des applications peut être accomplie. Divers fac- teurs doivent être pris en compte pour déterminer et plani- fier la vitesse de migration. En règle générale, la durée du programme déterminée lors de l’étude de faisabilité est le facteur déterminant, mais il est également possible d'y ajouter les cycles d'activité, de mise à niveau des applica- tions et des contrats d'assistance, les compétences requises ou encore le personnel disponible. Par exemple, la migra- tion d’une application unique selon un modèle de ré-héber- gement à trois environnements peut nécessiter plusieurs jours, compte tenu de l’ensemble des ressources impli- quées. CTP utilise le concept d’atelier (groupe autonome de personnel dédié à un modèle de migration spécifique et possédant tout le savoir-faire nécessaire). On suppose q