The Doppler Quarterly (FRANÇAIS) Été 2018 - Page 49

Agile 3 4 5 Il s’agit ici de rapidité, encore et toujours. Les équipes full stack doivent être capables de concevoir des fonctionnalités, tester des concepts, essayer et échouer (si nécessaire), résoudre les problèmes et diffuser le produit rapidement. Pour cela, la qualité de la communication, des cycles de retour très courts e t un certain penchant pour l’action sont des conditions indispensables. Les équipes n’ont pas besoin de se trouver physi- quement réunies. Pour cela, l'univers virtuel est parfaitement convenable. La clé en matière de rapidité est de créer une équipe autonome capable de prendre une décision, d'observer ses effets, d’évaluer les résultats et d'apporter rapidement les corrections nécessaires. Responsable Si une équipe full stack est habilitée à prendre des décisions, elle peut être tenue res- ponsable des résultats. Autrement dit, la discussion s’arrête là. Il n’y a plus d'excuse du genre « dans l’environnement de développement, ça a marché » qui vaille. L’équipe doit être responsable de la réalisation fi nale sous toutes les perspectives : qualité des pro- duits, besoins des clients, réponse aux attentes, conformité aux contrats de niveau de service, etc. Cette responsabilité intégrale signifi e que l’équipe doit comprendre pleine- ment les avantages et l’impact du produit sur le client fi nal, le consommateur ou l'ache- teur, et être tenue informée de tous ces aspects, afi n d'assurer une issue positive. Génératrice de valeur Une équipe full stack doit être capable de supprimer les déchets, automatiser les tâches nécessaires, accomplir ce qui est vraiment important plutôt que ce qui est facile, et offrir une valeur ajoutée. Ces deux derniers objectifs sont essentiels. Ils peuvent sonner comme des évidences, mais que n'a-t-on vu des développeurs peaufi ner des fonction- nalités à l'extrême, ou des équipes collaborer à un projet très séduisant, mais qui ne génère de valeur que pour une petite catégorie d’utilisateurs, voire personne. Sur le plan commercial, combien de fois des réunions ont-elles lieu par simple habitude ? Les équipes full stack peuvent se concentrer sur les aspects qui génèrent de la valeur et éli- miner tous les déchets qui plombent ce processus de création. Il s'agit là d'un autre exemple de la règle des 80-20 : l’équipe full stack doit théoriquement consacrer 80 % de ses efforts aux 20 % du projet qui sont les plus importants. Alors, au bout du compte, l’équipe full stack est-elle oui ou non une utopie informa- tique ? Et plus important encore, une telle équipe est-elle l'objectif que chaque organi- sation doit s’efforcer d’atteindre ? La réponse à ces deux questions est : tout dépend. Il se peut que votre organisation ne soit pas experte du cloud ou que le nouvel univers du DevOps vous soit étranger. Il se peut aussi que vous n'ayez pas besoin d'équipes agiles et autosuffi santes. Néanmoins, chaque équipe doit être dotée de pouvoirs, responsabilisée vis-à-vis des résultats de son travail et orientée sur la production valeur. Chez Cloud Technology Partners, nous croyons fermement à la capacité qu’ont les équipes full stack à résoudre les défi s complexes liés au cloud public que nos clients nous confi ent. La mise sur pied d’une équipe d’experts full stack pluridisciplinaire et autonome s’est révélée le meilleur moyen de délivrer rapidement la valeur escomptée par nos clients. ÉTÉ 2018 | THE DOPPLER | 47