The Doppler Quarterly (FRANÇAIS) Édition spéciale 2019 - Page 66

sont eux aussi inclus dans la boucle de partage des responsabilités. Dès lors que la propriété est partagée, tout le monde travaille dans la perspective d’un objectif commun. DevOps et processus Une erreur que je constate communément dans presque toutes les missions d’étude de procédés hérités, c’est le manque d’attention et d’analyse qui est porté à ces procédures avant l’avènement de l’automatisation. La conséquence est que les entreprises se mettent à automatiser les gaspill- ages sans obtenir les bénéfices que l’agilité laisse escompter. Ce manque d’efficacité résulte sou- vent de l’existence de silos, ainsi que d’un manque de coordination entre les primes incitatives qui leur sont rattachées. Les développeurs travaillent en effet dans leur propre silo et mettent en œuvre des solutions CI/CD. S’ils bénéficient d’importantes améliorations à la fois en termes de temps et de qualité de leurs processus de compilations, ils ne constatent souvent que peu, voire pas de changement dans leurs délais mise sur le marché. À quoi cela est-il dû ? Simplement au fait que depuis 20 ou 30 ans, des procédures de contrôle des modifications héritées, créées à l’épo- que des mises à jour semestrielles, sont en place et n’ont jamais été corrigées. J’ai vu de nombreux cas où les contraintes bureaucratiques pouvaient retarder de plusieurs semaines, voire de plusieurs mois l’adoption d’une compilation automatisée, laquelle nécessitait ensuite des semaines ou des mois de tracasseries administratives pour promouvoir le code en production après l’automatisation. Et pourtant, les équipes continuent de se focaliser unique- ment sur le perfectionnement des CI/CD. Si vous avez lu l’ouvrage The Goal d’Eliyahu Goldratt, vous savez que le traitement des mauvais goulets d’étranglement n’améliore en rien le débit global d’un système. Au contraire, cela ne fait que déplacer les goulets d’étranglement vers une autre partie du système. Si les entreprises se contentent de mettre en œuvre des solutions CI/CD sans procéder à une évaluation du flux de valeur sur l’ensemble du dispositif, elles ne feront que déplacer les goulets d’étranglement du processus de compilation vers un autre composant du système, sans jamais atteindre l’agilité désirée. Les ingénieurs doivent penser le système comme un ensemble et non se concentrer uniquement sur l’automatisation d’un de ses composants. Cette réflexion à l’échelle du système peut sembler un sujet peu familier à une entreprise organisée en silos. Un autre domaine que nous considérons est celui des pratiques SDLC. Les entreprises qui prévoient de passer à des déploiements plus fréquents doivent s’approprier les principes de la 64 | THE DOPPLER | ÉDITION SPÉCIALE 2019