The Doppler Quarterly (FRANÇAIS) Édition spéciale 2019 - Page 57

L’edge computing n’est pas nouveau, mais ses composantes cloud font toute la différence. proximité de la source. Du reste, le système s’apparente davan- tage à une architecture de type maître/esclave dans laquelle le système centralisé joue le rôle de point de stockage final pour toutes les données, tandis que le traitement en bordure représente un simple nœud du système centralisé. Pour incorporer l’informatique périphérique à notre projet, nous devons réfléchir un peu mieux à la manière de concevoir nos sys- tèmes IoT. Cela suppose un investissement de temps et d’argent plus conséquent lors des phases de conception et de développe- ment. Au final, les performances délivrées par des systèmes IoT bien conçus pour répondre aux exigences de traitement en temps réel de l’IoT justifieront à plus d’un égard le niveau de complexité supplémentaire induit. Il est à prévoir que l’architecture informatique périphérique voie sa popularité croître parallèlement à celle de l’IoT. Nous nous per- fectionnerons dans ce domaine et des technologies spécialement conçues à cet effet commenceront immanquablement à appa- raître. Le calcul périphérique accompli par une architecture IoT est un concept qui doit figurer sur votre radar si l’avenir de votre activité passe par l’Internet des objets. Quelques points importants à mémoriser L’informatisation à la périphérie consiste à déplacer le traitement et les données à proximité des nœuds finaux. Cette configuration évite que les informations ne soient transmises depuis le point de consommation, par exemple un robot sur une surface d’usine, vers des plateformes informatiques centralisées telles qu’un cloud public. Le principal avantage de l’informatique périphérique est de rac- courcir le temps de latence et, par voie de conséquence, d’ac- croître les performances du système complet, de bout en bout. Ce procédé permet en outre de répondre plus rapidement aux points de données critiques, par exemple à l’arrêt d’un réacteur en sur- chauffe, sans avoir à passer par une vérification via un processus central. Bien que cette réduction de la latence soit de nature à bénéficier à tous les types de systèmes, elle est surtout avantageuse dans le cas du traitement des données à distance, par exemple via les appareils IoT. L’informatisation à la périphérie n’a pas pour but de désassembler les pièces des systèmes et à les placer en bordure, mais plutôt de considérer le traitement de données comme un ensemble de com- posants hiérarchisés qui interagissent entre eux en jouant chacun un rôle spécifique. Les données qui sont traitées et stockées en bordure de réseau n’y résident généralement qu’à titre temporaire. En dernière instance, elles sont déplacées vers un lieu de traitement centralisé tel qu’un cloud public, à des intervalles définis. C’est alors l’exem- plaire hébergé à l’emplacement central qui devient le contenu de l’enregistrement, ou la seule source d’authenticité. N’optez pour l’informatisation à la périphérie que si vous avez une raison spécifique de le faire. Ce type d’approche spécifique se destine surtout à la résolution de problèmes qui le sont tout autant. Les entreprises commettent souvent l’erreur d’adopter une technologie au simple prétexte qu’elle est mentionnée régulièrement dans la presse spécialisée. Mais ce faisant, elles dépensent plus d’argent et font face à des risques accrus, dont l’informatisation à la périphérie fait partie. Au bout du compte, qu’est-ce que cela implique ? Ce type de modèle informatique représente un moyen tac- tique de résoudre les problèmes de latence, grâce à l’expéri- ence acquise à partir d’un grand nombre d’architectures testées et approuvées. La nouveauté, c’est l’élément cloud, auquel s’ajoute la possibilité d’exploiter des systèmes en bordur e de réseau comme s’ils étaient centralisés. Cette nouvelle composante cloud apporte une pertinence inédite à l’informatisa- tion de la périphérie. Par David Linthicum, ancien Vice-président sénior chez Cloud Technology Partners (CTP) et actuel Directeur stratégique cloud chez Deloitte ÉDITION SPÉCIALE 2019 | THE DOPPLER | 55