Tennis-mag #112 - Août 2018 Tennis-mag #112 - Page 6

ALEXANDRE BARRETTE PORTE-PAROLE PARFAIT Du tennis, il en mange! Et comment! Voilà pourquoi Alexandre Barrette, porte-parole de l’édition 2018 de la Coupe Rogers présentée par Banque Nationale, est aussi heureux par les temps qui courent. L’humoriste et anima- teur ne rate pas une occasion d’aller fouler le terrain de tennis afin de pratiquer son sport de prédilection. En plus de ces heures passées sur le court, il est l’un des quatre porte-paroles de la Tournée de tennis scolaire, présentée par Tennis Québec en partenariat avec Les Producteurs laitiers du Canada. Alexandre s’est prêté au jeu et a répondu à notre questionnaire à saveur tennistique! moins « fous » qu’à d’autres endroits dans le monde. Les joueurs sont donc peut-être plus détendus et décontractés. Il y a aussi de bons matchs, et ce, dès le lundi et le mardi. Qu’est-ce que cela te fait d’être porte- parole de la Tournée de tennis scolaire et de la Coupe Rogers 2018? Y a-t-il des ressemblances entre le métier d humoriste/animateur et celui de joueur de tennis? Dans les deux cas, c’est un grand honneur. Le tennis, ça demeure ma première passion. C’est dans ma vie depuis 30 ans. Juste aujourd’hui, j’ai regardé sur YouTube la cinquième manche de la finale 2017 des Internationaux d’Australie. La manche dure 45-50 minutes. Du tennis, j’en mange! Donc oui, c’est vraiment une fierté d’être le porte-parole de la Tournée scolaire et de la Coupe Rogers. Sans blague, c’est identique. Les deux sont des métiers assez solitaires. En humour, lorsque l’on est sur scène, ça demeure la pointe de l’iceberg. C’est beaucoup de travail à la maison. Ça n’a rien de glamour. C’est la même chose pour un joueur de tennis. On le voit dans les tournois mais on ne voit pas tout le travail derrière, au gym, sur les terrains. C’est une bonne partie de leur travail qui, encore une fois, n’a rien de très glamour. À l’exception du tournoi montréalais, quel est ton tournoi favori? Roger Federer ou Rafael Nadal? Federer! Gagner un Grand Chelem ou être le meilleur joueur du monde? Gagner un Grand Chelem. Disons… Roland-Garros! Qui était ton joueur (masculin ou féminin) favori quand tu étais plus jeune? Andre Agassi. C’était mon idole. Ton meilleur coup au tennis? J’ai eu la chance d’aller à Wimbledon. Il y a quelque chose de mystique et d’impression- nant avec ce tournoi-là… son histoire aussi. Sauf que j’adore regarder les matchs sur terre battue. Je serais donc porté à répondre Roland- Garros! Le US Open a aussi quelque chose de spécial avec ses duels épiques en soirée. Mon coup droit! Je frappe assez fort et ma balle bouge beaucoup. Que préfères-tu à la Coupe Rogers? Échanger pour le plaisir ou jouer un match? Je crois qu’il y a une belle proximité entre les amateurs présents et les joueurs. On n’avait pas ça à Wimbledon, par exemple. À Montréal, on les voit circuler. On est aussi près d’eux lorsqu’ils s’entraînent. Je crois que nous sommes 6 Ta surface de jeu favorite? La terre battue! C’est sur cette surface que j’ai eu mes meilleurs résultats dans ma « courte » carrière de joueur! Jouer des points, mais sans service. J’aime l’aspect compétitif. Juste échanger, je trouve ça plate. Avec les services, c’est long entre les points. Il y a plus de temps morts. Tennis-mag nº 112 - Août 2018 - Par Tennis Québec LE plus que