Tennis-mag #112 - Août 2018 Tennis-mag #112 - Page 31

EMEN T L L E T T ENS ON G S AS E L T ÉE. X-T U P Â U G E P É T E É N T OI, MEN T MEN T E R M L U O L O C E P . T I O IT J’AI O N T FA AVEC M S S N L I E T G N S É T É GE QUE L E E C E REÇU? R S T Î A A U N T RECON CE QUE R U O P NER REDON IBL E. S S O P IM C ’E S T JEU, MANCHE ET MATCH À l’été 2017, rayonnante de bonheur, aux côtés de son mari Jerry. DE LAVAL-SUR-LE-LAC À WIMBLEDON Durant les trois années et demie suivantes, D’ENSEIGNANTE À ENTRAÎNEUSE Malgré ses modestes ambitions, son talent et sa persévérance l’amèneront à franchir la frontière canadienne et lui permettront de fouler les courts des plus prestigieux tournois du monde jusqu’à ses 30 ans. Elle affrontera les meilleures joueuses, dont la légendaire Margaret Smith Court, détentrice de 63 titres en Grand Chelem, dont 24 en simple, un record inégalé. Elle fera notamment partie de l’équipe canadienne de la Coupe Fed de 1965 à 1975, y disputant ses premiers matchs en 1967. En 1966, son statut de membre de l’équipe de la Coupe Fed lui permet d’accéder au tableau principal à Roland-Garros. Son parcours sera toutefois de courte durée. Tout comme ce fut le cas quelques semaines suivantes à Wimbledon, cette fois chez les juniors à sa dernière année d’admissibilité. Le légendaire Rolland Godin avait orchestré une activité de financement afin qu’elle puisse demeurer en Europe et qu’elle foule, pour la première fois de sa jeune carrière, le gazon londonien. L’aventure fut catastrophique. « Je n’avais jamais joué sur gazon. J’étais toute seule. Au retour, je voulais arrêter le tennis. J’ai réalisé que c’était impossible de rivaliser ou juste d’être compétente au tennis. Et je m’étais tellement ennuyée. Ce n’était vraiment pas drôle. Il fallait que je joue le national et là, ça ne me tentait pas. Ç’a été très, très difficile. Je l’ai gagné ce championnat 18 ans de peine et de misère. Heureusement, il n’y avait plus de tennis durant l’hiver. » Sa mère lui donnera la poussée nécessaire pour la motiver à poursuivre. « Il faudrait bien que tu continues. Tu aimes ça. On va te trouver un Sport-études. » elle poursuivra sa carrière sportive et ses études en éducation physique à la Mississipi State University for Women. Car, pas question pour sa mère qu’Andrée soit admise dans une institution mixte. « Tu vas aller dans une université de filles! » « Équipe de nage synchro de septembre à décembre. Après, c’était le badminton en janvier et février. Puis en mars, le tennis. Je battais tout le monde 6-0, 6-0! » Cette aventure semble avoir quelque peu dégêné la jeune fille timide et renfermée qu’elle était. « J’ai eu beaucoup de plaisir. Ce n’était pas juste du tennis. Je sortais tellement les fins de semaine, » avoue-t-elle en riant. Afin de pouvoir participer aux rencontres de Coupe Fed disputées à Perth en Australie en décembre 1970, puis faire une tournée interna- tionale qui la mènerait jusqu’à Wimbledon, en passant par l’Indonésie, l’Italie et Israël, Andrée Martin mettra les bouchées doubles afin de compléter sa dernière année universitaire en six mois! Juillet 1971, la voilà inscrite directement dans les tableaux principaux du simple et du double à Londres grâce à ses bons résultats des derniers mois. Face à la longiligne Néerlandaise et future Top 5 mondiale, Betty Stöve, Martin s’inclinera en première ronde, en deux petites manches identiques de 6-1. Jumelée à l’Australienne Joyce Harris, avec qui elle avait précédemment voyagé depuis l’Australie, elle s’avouera vaincue à son premier match de double contre les éventuelles demi-finalistes. Tournée complétée et diplôme en main, Andrée Martin décroche son premier emploi à 22 ans et devient enseignante en éducation physique, d’abord au primaire à St-Léonard, puis au secondaire à Montréal. Une expérience de deux ans. « J’ai décidé que l’enseignement, ce n’était pas pour moi. Je faisais seulement de la discipline et je ne voyais pas d’enthousiasme chez les élèves. Je me voyais beaucoup plus être avec des gens motivés, comme moi. » Début des années 1970, c’est l’arrivée des clubs intérieurs privés et l’engouement des amateurs de tennis est à son comble. Ce sera le début d’une carrière