PixaRom Sep.2014 - Page 9

APERÇUS Bien utile face aux boss. L’autre particularité avec les combats, c’est que vos personnages n’ont pas de niveau. La fin s’achèvera par l’obtention de Gils (la monnaie) et de points pour le sphérier. C’est cette « carte » qui va déterminer l’évolution de votre groupe. Le sphérier est une sorte d’arbre de compétences composé de sphères reliées entre elles. Chacune comprend une compétence ou une amélioration (plus de PV, plus de force, etc.). Ils ont tous un coût et dès qu’une sphère est débloquée, les adjacentes sont accessibles et ainsi de suite. Du coup ce système est original et efficace car on progresse tout le temps mais doucement. Concernant l’aspect technique du jeu, je trouve les graphismes beaux, surtout à sa sortie, et les cinématiques sont superbes. Les environnements sont variés et j’aime bien ce côté tropical des premières zones visitées. Mention spéciale à la forêt de Macalamia, originale et belle, je trouve que le film Avatar s’en est même inspiré. En plus, dans cet endroit vous aurez droit à une chanson. Alors il y en a qui aiment, d’autres pas du tout, la scène accompagnant peut repousser les gens allergiques aux intrigues amoureuses. Concernant les musiques, je sais que Nobuo Uematsu n’a pas travaillé sur tous les morceaux, et je trouve que globalement ça reste une très belle OST. Certains morceaux sont oubliables mais la musique de combat est jolie et entraînante, la musique de Besaid est super douce et à un charme particulier, To Zanarkand est splendide, la chanson des priants est belle et entêtante bien qu’un peu courte et la musique du combat contre Seymour bien dynamique même si c’est pas le morceau que je préfère. Il y a aussi une chanson hard rock, que visiblement beaucoup de gens aiment mais personnellement je déteste, c’est inadapté et c’est plus des sons graves que de la vraie recherche musicale. Mais par conséquent… le jeu n’a pas beaucoup de quêtes annexes. Il y a des mini-jeux avec des chocobo vers la fin, vous pouvez dépenser tout votre argent dans le théâtre pour débloquer les musiques et les cinématiques (visibles et audibles gratuitement sur YouTube, maintenant). Vous pourrez faire des matches de Blitzball, mais le sport n’étant pas mon truc et vu comment ça fonctionne, je ne m’y suis pas beaucoup penché, et enfin, vous pouvez donc faire les donjons bonus pour débloquer les chimères secrètes. Reste donc l’autre gros morceau que tout RPG doit bien faire : les combats. Globalement, personne ne se plaint du système de FF X, car il est bien fichu. Plus de jauge ATB, les combats (aléatoires) redeviennent au tour par tour classiques. L’une des particularités étant que vous pouvez jongler à tout moment avec vos personnages au nombre de trois en action. Le but étant de permettre d’être stratégique, car à la manière d’un Pierrefeuille-ciseau, des ennemis seront très vulnérables à un type de personnage. Tidus s’occupera des ennemis plutôt rapide, aux allures de loup, Auron sera efficace face aux ennemis bien baraqués, Waka grâce à son ballon (je sais, c’est un peu bête comme arme) sera très puissant face aux ennemis volants, etc. Yuna montre sa grande utilité, puisqu’elle est la mage blanche du groupe mais comme l’indique aussi le scénario c’est une invocatrice. Ainsi la demoiselle pourra utiliser des chimères débloquées au fur et à mesure, telles que Ifrit, Shiva, Bahamut, etc. Ah une carte ! Ah non pardon, c’est le sphérier. En conclusion Final Fantasy X est un super jeu, bien qu’il possède quelques défauts capables de rebuter (difficulté montant brutalement, les trois quarts du jeu sont linéaires, boss « interminable »…) il possède de super atouts tels que son scénario, sa partie artistique et son système de combat simple mais accrocheur. Une fois de plus, la série prend des risques pour surprendre les joueurs et ainsi leur offrir un épisode qui restera gravé dans les mémoires. Que vous n’aimiez pas le jeu à cause des défauts déjà cité et du scénario, d’accord. Mais après, de là à dire que la série est devenue mauvaise à partir de là… c’est un peu de la mauvaise foi. Après, pour avoir joué à FF XII présent sur la même console, je préfère finalement un jeu linéaire mais avec un gameplay inté