PixaRom Sep.2014 - Page 71

PORTAIL MULTIPLAN Lande aux Esprits Frappés R ayman est une série assez polyvalente. Débutée en 1993, la série est passée de jeu de plateformes 2D à jeux d’action-plateformes avec une vue en 3 dimensions. Puis, en 2006, c’est le début de la transformation avec Rayman contre les Lapins Crétins. Ces derniers prendront de plus en plus d’ampleur au fur et à mesure des années, se séparant de l’univers de Rayman et Ubisoft Montepellier (qui est le principal développeur des jeux Rayman) consacrait tout son travail dans ses êtres extraterrestres. Alors que l’espoir ne semblait plus, Ubisoft annonça en 2012 la sortie de Rayman Origins. Et c’est donc ainsi que sorti l’un des plus grands jeux de plateformes de sa génération (si ce n’est le meilleur…). L’OST de cet opus a été réalisée par Christophe Héral (Les Voyages extraordinaires de Jules Vernes, Beyond Good & Evi l, Rayman Legends) et Billy Martin (Rayman Jungle Run, Rayman Legends, Rayman Fiesta Run). Ces deux compositeurs ont tenté, ensemble, de reproduire l’atmosphère si chère au jeu dans la musique et le moins qu’on puisse dire, c’est que le pari est réussi. La musique aura d’ailleurs une telle importance qu’au lieu de simplement imiter l’atmosphère, c’est elle qui la crée. Et la Lande aux Esprits Frappés est la musique qui arrive le plus facilement à produire l’ambiance si particulière du soft… Avant de commencer, laissez-moi vous indiquer une chose plutôt importante : la Lande aux Esprits Frappés (je parle du niveau) est divisée en trois parties, toutes facilement reconnaissables. Bref… La musique du niveau commence dès le départ avec l’utilisation de trois instruments assez atypiques : le didgeridoo, la cloche et le ukulélé. Alors que ce dernier va battre le rythme de la musique, le didgeridoo et la cloche vont accompagner la guitare toutes les mesures. Deux notes plus aigues suivies de deux notes plus graves, le tout entrecoupé de quelques notes intermédiaires pour donner à cette entrée une certaine consistance : le didgeridoo va se charger de prouver au joueur que la Lande aux Esprits Frappés fait bel et bien partie du même univers que le reste du jeu (il s’agit en effet de l’instrument que l’on entendra dans les thèmes de chaque monde). La cloche, elle, va appuyer sur la gravité de la situation : là, c’est le dernier niveau, ça rigole plus et ça envoie du lourd (en l’occurrence dans ce niveau, des mémés). Enfin, le ukulélé, lui, est présent pour donner forme au rythme. En plus de parfaitement introduire le niveau, cette entrée va donc servir à donner le rythme aux instruments qui se hâteront de rejoindre l’instrumentation. PixaRom magazine    71