PixaRom Sep.2014 - Page 6

APERÇUS : FINAL FANTASY 10 O n pourrait presque dire que cet aperçu est un test tant je vais m’expliquer sur ce jeu. Pourquoi ? Tout simplement car j’ai pu voir ici et là que cet épisode a divisé les fans. Certaines personnes le trouve génial, d’autres disent que la série est morte depuis le X (ou juste après, avec le X-2). Quand je vois certaines personnes critiquer le personnage de Tidus, ou quand je vois que Maiffa avait fait un long paragraphe sur le forum pour expliquer pourquoi elle considère cet opus comme étant mauvais, je ne pouvais m’empêcher d’avoir envie de réagir. Avec Pixarom, c’est possible : je vais donc vous montrer que FF X est l’un des meilleurs RPG de la PS2 et, par la même occasion, l’un de mes Final Fantasy préféré. Commençons donc par le commencement, à savoir le scénario. D’autant plus que c’est le gros du jeu, donc impossible d’ en faire l’impasse. Et puis surtout, qu’il est plus critiqué pour ça. Après une cinématique d’introduction assez triste et un écran titre bien laid, le joueur donne le nom au personnage de Tidus et commence la partie. On découvre alors Zanarkand, une ville futuriste du monde de Spira, au bord de l’eau, où il semble faire bon vivre et où le jeune Tidus, star d’un sport appelé Blitzball, part pour son match. Le début du jeu nous fait faire signer des autographes… original pour un RPG, non ? Je préfère ça qu’un héros muet qui se réveille dans son lit. Ensuite on enchaîne cinématique sur cinématique et l’on voit notre blondinet faire toute sorte de figures acrobatiques dans sa sphère aquatique quand soudain… un gigantesque monstre arrive ! La créature mystérieuse détruit tout sur son passage en contrôlant l’eau, inondant alors la cité de Zanarkand. C’est après cette scène mouvementée que l’on fait la connaissance d’Auron, plus ou moins ami de Tidus qui aurait connu le père de se dernier. Le mystérieux homme reste bizarrement très serein et guide notre blondinet vers une issue, manque de bol, au final ils finissent tout deux aspirés par le monstre. Si le jeu se finissait là ce serait trop stupide, n’ais-ce pas ? Alors Tidus survit et se réveille dans une ville en ruines, submergée. Se sentant perdu et terriblement seul, il chouine un peu… Mais finit tout de même par rencontrer d’autres survivants sur un navire. Et c’est après s’être fait recueillir que l’on apprend des choses. Nous sommes toujours sur Spira mais 1000 ans après la catastrophe qu’a subit Zanarkand ! Le monstre est toujours en vie et porte le nom de Sin (« péché » en Anglais) et demeure plus ou moins invincible. En gros, tous les dix ans il y a un nouvel invocateur, parcourant le monde pour obtenir des chimères qui lui permettront de vaincre temporairement Sin et ainsi le monde connaîtra à une autre décennie de paix. Avec toutes ces années, il y a eu de nombreux changements, ainsi il y a deux idéologies, ceux qui sont fidèles aux principes de Yevon (la religion) et se privent de toute technologie, priant chaque jour dans l’espoir que Sin disparaisse à jamais. De l’autre côté, les Al Bhed sont les parias, car ils ne suivent pas le précepte de Yevon et utilisent la technologie. Tidus se sent terriblement malheureux de ne pas pouvoir retourner à son époque… qu’il sombre dans l’alcool. Non je blague, en fait Sin va se pointer à nouveau et le blondinet passera par-dessus bord, se laissant porter par les eaux et arrivera sur une île où l’on prépare le départ de la jeune invocatrice. C’est ainsi que démarre FF X, un groupe de héros va donc aider la jeune Yuna à accomplir son pèlerinage et qui sait, vaincre le gros monstre une bonne fois pour toutes. « Grr je suis un méchant mais je fais en sorte d’être un gentil. » Je trouve ce scénario… super ! J’aime beaucoup quand ça parle de religion et de voyage dans le temps (enfin, très peu ici). Je trouve cette histoire originale et tout tient debout. Alors oui, il y a des gens pour râler sur certains détails, tel que le blitzball. Déjà le sport est complètement stupide puisque c’est du foot sous marin, donc niveau originalité : zéro. Certains diront que c’est peu crédible le fait qu’après mille ans, des gens jouent encore à se sport. Et bien pourquoi pas ? Le foot est lui aussi très vieux, même si au départ ce n’était pas vraiment le sport que l’on connaît avec les règles d’aujourd’hui. Après, il est vrai que le scénario se complexifie inutilement vers la fin, nous expliquant alors que le monde de Spira n’est pas vraiment réel, tou B :v