PixaRom Sep.2014 - Page 33

TESTS STS DU LORD Mortal Kombat Blague des américains pour contrer Capcom et son mondialement célèbre Street Fighter II. Sa recette ? Du digitalisé et du gore. Et ça marche. Comme quoi, le public, de tout temps, se fait avoir avec de la poudre aux yeux. Sinon, comment expliquer le succès d'un jeu rigide, déséquilibré au possible, avec un Gameplay aussi pauvre ? Le plus drôle, c'est que ça n'a pas vraiment changé avec le temps, suffit de voir le dernier... Reste meilleur que le film éponyme Limit Breaker ! Garou : Mark of the Wolves Meilleur Versus fighting au monde. Du SNK pur jus. Sûrement le jeu le plus fluide jamais vu sur l'antique Néo Geo, possédant une B.O. du feu de Dieu, quatorze personnages, dont treize entièrement inédits, l'ensemble devenant un des rosters les plus équilibré de tous les temps. Bien sûr, on retrouve l’exigence de l'éditeur en matière de technicité du Gameplay : furies, parades, contres, feintes, casse-gardes, etc. Ça, plus la petite idée qui fait mouche : le T.O.P. System. En gros, tu choisis un endroit de ta barre de vie, et quand celui-ci est atteint, tu à accès à une attaque dévastatrice. Ce système qui n'a l'air de rien rend pourtant le jeu très stratégique. Alors, prendras tu le risque d'attendre la fin pour te déchaîner, avec l'éventualité de prendre le coup de trop, ou mettras tu le paquet dès le début histoire d'en finir vite, en prendre le risque d'être à la merci de ton adversaire si tu échoues ? Voilà ce qu'est l'ultime épisode de Fatal Fury, et dernier grand soft de SNK avant la faillite de 2001. PixaRom magazine    33