PixaRom Sep.2014 - Page 15

APERÇUS Points malus pour la séquence flashback faisant incarner un ancien camarade de guerre de Sam (lequel assure une partie de la narration) qui est un long « couloir » ressemblant méchamment à du sous Call of Duty, sans aucun intérêt, que ce soit pour l’histoire ou le gameplay. Rajoutez à cela des situations particulièrement absurdes avec une IA aux fraises, comme le début d’un niveau où vous pouvez rester en contrebas d’une pièce avec une ouverture entouré de garde-fou en son centre, attirer les ennemis en tirant en l’air, et les éliminer un par un en évitant leurs lancers malhabiles de grenades. Vous pouvez en tuer une quinzaine comme ça, sans qu’il y ait d’action groupée de leur part ! Je passerai sur d’autres séquences plutôt agaçantes, mais au final la campagne n’a rien d’exceptionnel, et le jeu aurait pu s’appeler de n’importe quelle autre manière, ça n’aurait rien changé. S’il y a du multijoueur, et avec parfois du challenge (éliminer des ennemis sans se faire repérer sur plusieurs cartes consécutives), cela ne rallonge que péniblement une durée de vie faiblarde pour la campagne solo (six-sept heures) qui a une faible rejouabilité. fondamentaux d’une série est une manoeuvre audacieuse, encore faut-il proposer à la place des mécaniques convaincantes. Dépossédé de son caractère exigeant et de son aspect infiltration, Conviction devient donc un produit parmi tant d’autres qui devrait avoir de la peine à convaincre les fans de la première heure, et pas forcément assez d’attraits pour persuader les autres. Et un dernier détail : les gardes sont horripilants à lancer les mêmes répliques en boucle, à gueuler à tout bout de champs, et à vous insulter en plein combat. Le tout est certes très jouable mais n’a pas réellement fière allure. Changer les En bref... - - - Un multi avec de bonnes idées - Un Sam sans complexes, libérant sa frustration accumulée dans les anciens épisodes pour laisser place au carnage - L’instant kill, toujours plaisant - Le nombre des gardes - Leur incompétence - Leur idiotie - Leur tendance à beugler sans cesse - Les gadgets et améliorations des armes qui n’ont pas un impact assez important - La mise en scène bancale - Le niveau au Moyen-Orient - Le changement d’orientation pas assez solide Aronaar PixaRom magazine    15