PixaRom Sep.2014 - Page 10

APERÇUS : WARIOLAND 4 A aah, Wario Land… Lorsque l’on pense que cette série a débuté juste parce que les développeurs de Super Mario Land 2 : 6 Golden Coins avaient besoin d’un antagoniste ! Aujourd’hui, licence de Nintendo, la série s’est vue dotée de quelques épisodes assez intéressants. De l’humour, du level-design ingénieux, un système de transformation sympathique. Les joueurs trouvent tout ce qu’ils recherchent dans un jeu no-brain et, en même temps, pas tant que ça. Le quatrième épisode a été développé par Nintendo R&D 1 (Metroid, Dr. Mario, Kid Icarus) et édité par Nintendo (ai-je vraiment besoin de préciser leurs jeux, cette fois-ci ?) et est sorti sur la GameBoy Advance le 16 Novembre 2001. Comme tous les autres opus de la série, ce soft est un jeu d’action-plateformes agrémenté d’un peu d’exploration et de backtracking se servant d’un système de transformations pour pouvoir évoluer dans les niveaux. Les transformations sont assez faciles à trouver mais il faudra tout de même oser pour aller les activer. En effet, ce n’est pas avec un simple objet que vous allez vous métamorphoser à partir duquel vous aviez accédé au niveau mais c’est en vous faisant attaquer par certains pour vous en sortir. ennemis (comme les abeilles ou les singes Bien entendu, seule la statue de grenouille lanceurs de bombes) ou certains pièges (les permet d’activer le portail de retour. Enfin, chutes de neige) que vous allez voir le corps sachez qu’il existe aussi un CD à trouver dans de Wario se modifier. Il s’agira de voler dans les chaque niveau que vous pourrez écouter libreairs de plus en plus haut, de frapper très fort le ment dans la banque sonore. sol sans avoir besoin de prendre de l’élan ou de Enfin, le point le plus important dans un pouvoir détruire certains blocs spécifiques. jeu de plateformes : le level-design. Eh bien, il Du côté de Wario, on a un léger panel de est… intéressant… Les chemins à emprunter mouvements qui sied assez bien au person- sont assez originaux, n’hésitant pas à forcer le nage : sauter, foncer à vive allure, courir sur une joueur à faire des détours alors que ce dernier certaine longueur, écraser son arrière-train au voyait l’arrivée juste devant lui. sol une fois en l’air… Il faut également savoir Cependant, il n’est pas particulièrement que certaines de ces techniques peuvent se intuitif car certains chemins sont assez bien charger et nécessitent donc de prendre de cachés dans le décor. Heureusement, vous avez l’élan avant d’être activées. aussi de nombreuses salles annexes qui vous Du côté des objectifs, on a droit à quelque rapporteront de l’argent si vous cherchez à chose de tout de même assez faible… En effet, toutes les accomplir dans les niveaux. dans chaque niveau, vous devrez impérativement A la recherche de... Quoi, en fait ? trouver quatre morceaux de pierres précieuses nécessaires pour ouvrir la porte menant au boss, une cléfantôme qui permettra d’accéder au niveau suivant et une statue de grenouille obligeant à sortir du niveau. Pourquoi obliger ? Eh bien, une fois que vous aurez activé cette statue de grenouille, sachez qu’un timer va apparaître. Il vous faudra alors vous dépêcher de rejoindre le lieu Parce que, oui, dans ce jeu comme dans tous les autres de la série, l’argent a son importance. D’ailleurs, c’est là-dessus que se base le pitch de l’histoire : une pyramide a été découverte et, ni une, ni deux, Wario se rend à l’intérieur pour y dénicher toutes ses richesses. Point. L’argent que vous allez amasser dans les niveaux (en tuant des ennemis, en détruisant des blocs, en trouvant des diamants…) se dépensera dans les mini-jeux qui sont au faible nombre de trois. Si vous réussissez à bien jouer dans l’un d’entre eux, vous allez obtenir une ou plusieurs médailles qui serviront de monnaie d’échange dans les magasins situés juste avant chaque boss (ils ne vous permettent que d’accélérer votre combat contre les boss, d’ailleurs). Les graphismes, quant à eux, assez beaux, les animations sont bien faites mais le tout ne vous laissera pas pantois non plus. L’OST, elle, est dans la lignée des Wario Land : funky, jazzy et avec un certain rapport avec le niveau. C’est dommage qu’elle ne reste pas dans la tête car certaines musiques sont sympathiques à entendre (notamment Sunny-Side Up). Au final, Wario Land 4 est un assez bon jeu, avec des idées valables et un level-design assez bien pensé. Dommage, tout de même, que celuici soit un peu trop bordélique pour que le joueur se repère facilement. En tout cas, il vaut le détour, croyez-moi… Nimai 10    PixaRom magazine