Montréal enSanté V9N1 Hiver/Winter 2017 - Page 36

SANTÉ • HEALTH L’esprit domine la matière Mind Over Matter ALLÉGER LES STIGMATES RELIÉS AUX MALADIES MENTALES TRYING TO EASE THE STIGMA AND THE STRAIN OF MENTAL ILLNESS Par | By Jason Santerre S elon l’Association canadienne pour la santé mentale (ACSM), trois millions de Canadiens souffrent de dépression en ce moment. Et l’Association cana- dienne de prévention du suicide rapporte qu’au moins dix personnes s’enlè- veront la vie aujourd’hui, et la situation se produira tous les deux jours cette année. Alors pourquoi l’Alliance canadienne pour la maladie mentale et la san- té mentale rapporte-t-elle que moins de quatre pour cent du financement en recherche médicale est destiné aux maladies mentales? A t this moment, three million Canadians suffer from depression, according to the Canadian Mental Health Association (CMHA). The Canadian As- sociation for Suicide Prevention reports that at least 10 people will end their lives today, and every other day this year. So why does the Canadian Alliance on Men- tal Illness report that less than four percent of medical research funding goes into mental illness? Phototherapy® Phototherapy® maladie mentale; de la dépression au manque de confiance en soi, en passant ages of mental illness —from depression and low self- Heureusement, des citoyens locaux luttent contre les ravages causés par la par les troubles bipolaires et de stress post-traumatique. « Ma clientèle est for- mée d’hommes, de femmes et d’adolescents coincés dans un concept de soi instable, aux prises avec une mauvaise estime de soi et à la recherche d’une façon de se sentir mieux et d’avancer dans la vie », explique la photographe et créatrice de Phototherapy®, Pazit Perez. Les sessions de Phototherapy® de M me Perez captent la personne qu’ils veulent devenir. « Les gens se sentent utiles, ce qui en retour augmente leur es- time de soi en démontrant le potentiel de cette personne intérieure », explique Fortunately, local citizens are fighting against the rav- esteem to bipolar and post-traumatic stress disorders — at the grassroots level. “My clientele is made up of men, women and teens, all of whom are stuck in an unstable concept of self, struggling with low self-esteem and seeking a way to feel better and make progress in their lives,” says photographer and Phototherapy® purveyor, Pazit Perez. Perez’s Phototherapy® sessions capture the person Pazit. Durant la séance photo, les clients sont coiffés et habillés de la tête aux people want to become. “People feel valuable, which in croire, et lorsqu’ils le voient, ils le sentent, ils le croient et ils commencent à le tial of the person inside,” says Pazit. During the actual pieds de façon à correspondre au nouveau personnage. « Il faut le voir pour le devenir », raconte M me Perez. Priya, une cliente, raconte qu’elle fut impressionnée de voir qu’une photo peut capter ce personnage qui lui ressemble, tout en ayant quelque chose de différent. « Je sentais que les images représentaient un confort et une force que j’aimerais émettre. Ça m’a aidée à me voir d’un œil diff