Modèle de développement des athlètes 2017 - 2021 - Page 21

L’inclusion de différentes disciplines complémentaires don- nera la possibilité de développer des capacités motrices de coordination et fournira une base solide à la coordination. Au départ, le tennis ne doit pas être un sport de spécia- lisation. Toutefois, une initiation hâtive est cruciale pour mettre en place les habiletés de coordination, de motricité et de déplacement. Les jeunes devraient être encouragés à participer à des activités sportives complémentaires. La participation et le développement progressif sont des facteurs très importants dans l’acquisition des habiletés tennistiques. 4. L’ENTRAÎNEMENT PHYSIQUE SELON L’ÂGE Le niveau de maturité biologique d’enfants du même âge chronologique peut différer de plusieurs années. La croissance, le développement et le niveau de maturation résultent de l’interaction des gènes, des hormones, des éléments nutritifs et du milieu physique et psychosocial de l’individu. Chaque enfant croît à un rythme et à des âges différents. Les enfants d’entrent pas tous dans l’adolescence au même âge et la durée du processus de maturation varie. Ce processus commence vers l’âge de 10-11 ans pour les filles et environ deux ans plus tard pour les garçons. Il faut habituellement de trois à quatre ans pour le compléter. Cette différence d’âge dans le développement peut donc créer chez l’athlète des avantages et des inconvénients. Ceux dont la croissance est tardive dispose de plus de temps pour développer leurs habiletés physiques de même que leurs capacités motrices et sportives. Avant la puberté, l’enfant dispose d’une fenêtre de développement parfaitement conçue pour l’acquisition et le peaufinage des capacités sportives. L’entraîneur doit tenir compte de l’évolution générale de l’enfant jusqu’à l’âge adulte, principalement du point de vue de la morphologie, de la physiologie et de la psychologie. Tout au long des différentes étapes de développement du joueur, il faut préciser que l’entraînement de tennis (préparation technique et physique) ne présente pas de risques particuliers s’il est progressif et contrôlé. Il est donc important de souligner le rôle déterminant du suivi médical, à toutes les étapes de la formation du joueur en vue de la prévention des blessures et des pathologies liées à la pratique intensive du tennis. Dans le domaine de la maturation physique, on peut dis- tinguer quatre grandes périodes : LES DIFFÉRENTES PÉRIODES DE MATURATION PHYSIQUE Périodes La grande enfance Garçons Filles 6-9 ans 5-8 ans La période pré-pubertaire 10-12 ans 9-11 ans La période pubertaire 13-17 ans 12-16 ans La période post-pubertaire 18-25 ans 17-25 ans Chacune de ces périodes possède ses propres caracté- ristiques mais les âges ne sont là qu’à titre indicatif car on peut observer de notables différences d’un individu à l’autre. La grande enfance • Elle est très favorable à l’acquisition d’une multitude d’habiletés motrices. On peut la considérer comme la période privilégiée de l’apprentissage car l’enfant peut assimiler rapidement les mouvements, notamment grâce à sa grande faculté d’imitation. En revanche, il a du mal à garder longtemps son attention sur un exer- cice précis. Il faut donc privilégier une grande variété de situations et d exercices sous une forme simple. Période pré-pubertaire • L’enfant devient capable de réaliser des mouvements d’une grande complexité qui nécessitent une parfaite synchronisation de plusieurs groupes musculaires. De plus, il se montre plus attentif et mieux préparé. Dans les sports à haute exigence technique, comme le tennis, l’essentiel des acquisitions gestuelles s’effectue durant cette période. Période pubertaire • Elle se caractérise par une transformation de l’organisme sur tous les plans (morphologique, psychologique et physiologique) ; ce qui demande de prendre des précau- tions toutes particulières. Sur le plan ostéo-articulaire, la croissance accrue s’accompagne d’une très grande fragilité et peut provoquer des douleurs chroniques (exemple : au niveau du genou, la maladie d’Osgood Schlatter). Par contre, cette période n’est pas très favo- rable aux nouveaux apprentissages car le joueur perd sa coordination initiale et ne maîtrise pas encore son nouveau potentiel musculaire (particulièrement chez les garçons). Il s’agit alors de renforcer les acquis et d’aider le joueur à trouver progressivement de nouveaux repères, tant physiques que comportementaux, car cette période en est une de grande instabilité psycho- logique. Lorsque toutes ces précautions sont prises, les joueurs sont capables de suivre un entraînement inten- sif (un plus grand volume) ; ce qui est indispensable pour préparer l’organisme aux sollicitations physiques de pratique de haut niveau. Période post-pubertaire • C’est une période favorable pour l’intensification de l’entraînement tant sur le plan qualitatif que quantitatif. Les joueurs arrivent à maturité entre 18 et 25 ans (plus tôt chez les filles : entre 16 à 20 ans) grâce à la combinai- son d’un haut niveau d’habiletés physiques, techniques et tactiques mais aussi grâce à un bon équilibre sur les plans affectif et émotionnel. La maturité physique peut varier considérablement d’un individu à l’autre en fonction de ses expériences sportives, de son évolution morphologique et psychologique. Source : « L’entraînement physique du joueur de tennis » Fédération Française de Tennis 20 Modèle de développement des athlètes