MDT - Page 102

Art de vivre B âtis tels des citadelles avec de hautes murailles, les Borjs sont apparus au 17ème siècle avec l'émergence dans la société sfaxienne des résidences secondaires pour la saison estivale et le printemps. Le Borj Kamoun illustre à merveille ce type d’architecture. Situé au milieu d’un grand jardin, il possède une forme carrée. Son architecture caractéristique est faite de murs épais en pierre en haut desquels on retrouve de petites fenêtres préservant du froid en hiver et de la canicule en été. Disposant d’une seule et grande entrée, le Borj a des allures de palais. Son modèle d’habitation est inspiré par les maisons traditionnelles que l’on retrouve dans les médinas. Ainsi, le Borj est agrémenté d’un grand patio au centre, décoré de façades en carreaux de faïences et de marbre dont les dessins rappellent ceux de l'architecture mauresque. Etablies sur un seul niveau, les différentes pièces se composent autour du patio principal. Mais cette architecture, témoin d’une véritable 104 culture, d’un art de vivre et partie intégrante du paysage urbain de Sfax, est aujourd’hui en train de mourir. En effet, l’état du Borj Kamoun comme tant d’autres est inquiétant. Il est nécessaire pour la survie de ce patrimoine de sensibiliser les propriétaires ainsi que la ville afin de préserver une partie de l’histoire de Sfax. Ces impressions ont été affirmées lors de la tournée culturelle à travers les 13 Borjs encore existants dans la ville, organisée par l'association des amis des arts plastiques de Borj Kallel de Sfax en 2014 pour sensibiliser aux dangers qui menacent d'extinction ces monuments architecturaux.