La gazelle LAGAZELLE-73 - Page 160

I actu culture I news culture I الأخبار ثقافة
1
1 . Margaretta Hesse . Bordering Light . INTERFERENCE Tunis 2016 . Photo Margaretta Hesse I Margaretta Hesse . Bordering Light . INTERFERENCE Tunis 2016 . Photo Margaretta Hesse مارغرييتا هس‎٠‎ حدود الضوء‎٠‎ انرتفرينس تونس ٠ 2016 صورI
مارغرييتا هس 2 . Hartung + Trenz . Zero . INTERFERENCE Tunis 2016 . Photo Detlef Hartung I Hartung + Trenz . Zero . INTERFERENCE Tunis 2016 . Photo Detlef Hartung هارتنغ+‏ ترانز زيرو‎٠‎ انرتفرينس تونس ٠ 2016 صور داتلف هارتنغI
INTERFERENCE
From 6 to 9 September , the Medina of Tunis will be for four nights home to a large-scale exhibition held by INTERFERENCE . During this second edition , artists from around the world will occupy the Medina to create an interaction between contemporary art and cultural heritage .

Building on the success of September 2016 first edition , the Medina of Tunis will house INTERFÉRENCE for a second more committed session . INTERFERENCE project - new experience based on the interaction between light ( but also the absence of light ), contemporary art and architectural heritage - aims to make artistic expression more accessible and raise crucial social and cultural issues . Public spaces , private apartments , prestigious buildings and abandoned sites will house the facilities of thirty Tunisian and foreign artists , inviting visitors to discover the architectural beauty of the Medina by night - a UNESCO World Heritage site – through uncommon works . Sonia Kallel , Cecilia Ackermann , Wadi Mhiri , Sara Foerster , Liliya Ben Romdhane , Tom Groll , Karim Jabberi , Kuno Seltmann , Mouna Jemal Siala , Elene Vertikova , Wadi Mhiri , Anna Rosa Rupp , Houda Ghorbel - among many others - will bring new vision of this cultural heritage , steeped in history . I www . intunis . net

81
I rencontre interview I encounters interview I ‫مقابلـة‬ ‫لقــاءات‬ I rencontre interview I encounters interview I ‫مقابلـة‬ ‫لقــاءات‬ LG : Parlez-nous de vous? AB : J’ai fait des études de droit car mon père, lui-même étant avocat, voulait absolument que je sois avocat à mon tour. N’ayant pas trouvé d’épanouissement dans la pratique de ce métier, je me suis dirigé vers l’enseignement. J’ai donc été enseignant de droit pendant dix ans. N’eût été la grande période de grèves et de matraquage d’étudiants du temps de Bourguiba, j’aurais pu me suffire à cette vocation. En effet, je trouvais beaucoup de plaisir et d’intérêt au métier de professeur à l’université. Ensuite par nécessité, je me suis redirigé vers la pratique du métier d’avocat afin de gagner ma vie … LG : Comment vous est venue l’envie d’écrire des livres? AB : D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé écrire, mais je n’ai jamais réellement eu le temps de m’y mettre. Pour écrire il faut beaucoup de temps libre car c’est un travail de Pénélope. J’ai ainsi écrit mon premier livre « De miel et d’aloès », à l’âge de 35 ans. LG : Êtes-vous en train d’écrire un nouveau roman ? AB : Oui, il s’agit d’une histoire dont le thème principal est l’attente … Le récit se passe dans une salle d’embarquement. L’avion a du retard et il faut donc que les voyageurs attendent… C’est une histoire d’amour qui se passe à une époque singulière. Le roman parle des rapports humains dans notre société … Bref, je ne peux pas vous en dire plus, pour l’instant. LG : Quels sont vos souhaits pour la Tunisie ? AB :J’aimerai voir une Tunisie qui valorise plus que tout l’éducation. En effet, la crise en Tunisie est bien plus qu’économique, elle est surtout d’ordre culturel … Les instituteurs et institutrices devraient être triés sur le volet et bien sûr être valorisés car ce sont eux qui éduqueront la nouvelle génération de Tunisiens… C’est grâce à une nouvelle génération bien éduquée, ouverte au monde et cultivée que nous pourrons voir de beaux jours en Tunisie … I LG : Quelles sont vos sources d’inspiration ? AB : Comme tout art, l’écriture est une passion qui s’exprime à travers des mots. Tout peut être une source d’inspiration, du moment que ça me marque … L’idée d’un livre peut germer à partir d’une conversation téléphonique, de l’actualité, d’un évènement extérieur … Ensuite, il faut lui laisser le temps de pousser, de se ramifier et de donner des fleurs, tout comme pour un arbre … LG : Où écrivez-vous ? À quel moment de la journée ? Combien de temps consacrez-vous à l’écriture ? AB : Généralement, je m’installe dans mon bureau pour passer de longues heures à écrire. Toutefois, où que je sois, j’ai toujours un carnet sur moi. Ainsi, aussitôt que j’ai une idée ou un mot exact qui me vient à l’esprit pour décrire telle et telle situation dans mes histoires, je le note. Quand je me mets à écrire, je pe +ɥɔͥɕ́e5́ȁȁոɽЁѕ)ԁɽ́́gɥɗ() Ȱ)́́ȁ͕ձɵ)Aɽ́ɕՕ́ȁiȁ 啐);M͔ ȁЁٽЁԁɕԁQչ̸Iɵ)̈́ͥȁgɥɔͅЁ׊eЁٕȁոɥم)ɔɅɔչͥeɕͥɅ͔թɓeդ)eɕ́єͽѥեЁɽ́Ѓ AɅ)́ 쀠ؤդդɄمԁѥɔєԁAɥ́)ѥ́ɅЁ ȁe=ȀذQչͥMɹ)ɽ 1́1́e ԃЁѥ́酐ɗ)є ȁe=ȀกIɔٕոɥمхЀ()1 ٕ贁ٽ́́ѕ́ ) +eՍgɥɔɥɍ5聅ٕ)ͽɔ Ё́ͽՑ 츁+eՍͽ屔Ʌѥ)դɥЁٕͥѽѕ́́ͥՅѥϊ+ẽɥɕ)хɥՕ́ȁ́Ʌ͵ѕЁѕ́̃ѥ̃)Ʌ̸ٕ́́1ٕ́́Ѓɔ́ȁɥٕȃɔ)٥Յ͕ȁ́ͥՅѥ́ѕ́ϊéɕɑЁո)1є͔éȁɅ͵ɔ̃ѥ)хѕ̃EՅЃgɥمդ́́ȁ)չՕȃ)1 Aɱ赹́ٽɔɹȁɔ 1́́e ) Ʌٕ́ɽgٽՔոթЁդ͕Ʉѽթ)eՅͅٽȰЁ́Ʌѥ̸3eѽɔ)́չQչͥԁЁԁacͧͽ́ɽѕѽɅЁ)́Ʌٕ͕ȁͧͤɥЁᔸeЁͤ)eѽɔeոɅЁѕ԰хЁɔոɔЁͽ̸Aͥ)͕ѥ́ɅϊeɕЁ́єɕѥЁ)ѽЁeȁ׊éٕЁ͔ѕȁeոȁeɗ%ϊeЁeչ+Ք䁱́ɕ̃хЁͥ́Ʌ́́ͽ)EՕՕ́ɕ̰ͽٕЁɕ̰ϊeЁ́ɕ́مɕ́)ѕɕ͔ȁդeЁչѥٕ́)Ёи!مЃɔԁɔЃe((ĹAɅЁ ȃ 1Ʌɕ́Ёɽѧɕ́$ ȁɅЁ$+f#bbfbf#bbbfbbbbbbf+bf+fbf#bb(ȸAٕɔԁɔ 1Ʌ́́ $ 1Ʌ́) 쁉ٕȁ$bffbbbbfbfbbbbff(