L'ÉCO, la revue de l'environnement du Saguenay Lac-saint-Jean Printemps 2017 - Page 20

L'aménagement collectif d'un jardin est stimulant, puisqu'il présente son lot de défis. Des citoyens de Chicoutimi l'ont constaté le 12 mars dernier, lors d'une rencontre de remue-méninges. En deux heures, nous avons établi les balises d'un jardin au centre-ville de Chicoutimi. Ce jardin, appelé provisoirement Jardin 2, sera situé sur l'autogare adjacent à l'ancienne école primaire La Source.

Pourquoi Jardin 2? Simplement parce qu'il existe un premier jardin. En effet, depuis 2009, l’Éco-Kartier du centre-ville de Chicoutimi (EK) propose différentes voies à tous les citoyens et citoyennes qui souhaitent s'impliquer pour bâtir un milieu de vie agréable. Le Jardin des maraîchers urbains, l'un de ses projets porteurs, est né d’un besoin de voir le centre-ville se reverdir et devenir, petit à petit, un lieu de production alimentaire. C’est aussi un espace autogéré où nous aimons nous retrouver afin de jardiner, d'échanger et de découvrir des techniques de jardinage, de compostage et de revalorisation.

Le premier jardin a d'abord été cultivé sur le terrain devant le 129, rue Jacques-Cartier Est, bâtiment abritant plusieurs organismes. En 2016, ce jardin a été déménagé sur la rue de l'Hôtel-de-Ville, aux côtés de la Charcuterie Menus plaisirs et face au poste de police. En période estivale, les maraîchers urbains, un groupe ouvert à tous, se rencontrent deux fois par semaine afin de jardiner. Des personnes se relaient pour arroser la surface cultivable et nourrir les poules.

Contrairement au jardin communautaire, où une grande parcelle est morcelée en espaces individuels, le jardin collectif est cultivé en groupe et demande un suivi régulier afin de communiquer ce qui est fait. La récolte est ensuite divisée parmi les participants.

En prévision de la saison estivale 2017, des membres de l'EK s'impliquant de près sur le comité de coordination de l'EK sont entrés en pourparlers avec Simon-Olivier Côté, le conseiller municipal du district 11, afin d'établir un autre jardin. Le projet a d'ailleurs été déposé le 15 mars et nous sommes en attente de l'approbation.

"Tellement de réflexions et d'études scientifiques s'entendent sur le fait que l'agriculture urbaine contribue à l'atteinte des objectifs de réduction des gaz à effet de serre et des ilots de chaleur. Je souhaite donc faire une petite action parmi d'autres pour contribuer à la transition", déclare Mathieu Breton, instigateur du Jardin 2.

Quoi de plus stimulant que de travailler à la réalisation d'un projet collectif? Ce faisant, on se donne les moyens d'améliorer son environnement et on partage ses talents avec ses concitoyens. La culture collective d'un jardin au centre-ville est déjà une belle réussite en soi, mais la culture d'un espace situé sur un autogare offre une expérience extraordinaire sur les plans humain et environnemental.

1 pierre, 2 coups: convertir une structure de béton en espace vert et promouvoir l'autonomie alimentaire

Plusieurs citoyens s'étaient réunis pour souligner l'ouverture de la saison 2016.

Crédit Photo : Éco-Kartier du centre-ville de Chicoutimi

Félicia Pivin

L'Éco-Kartier du centre-ville de Chicoutimi

20