Kanguq - Automne / Fall 2013 - Page 34

Nouvelles de la FCNQ / FCNQ News\r\nNancy McRae \r\n\r\n\r\n\r\nService des ressources humaines et de la formation\r\n\r\nHuman Resources & Training Service\r\n\r\nÀ sa fondation, en 1967, la Fédération\r\ndes coopératives du Nouveau-Québec\r\n(FCNQ) comptait 11 employés et 5\r\ncoopératives membres dont le personnel\r\nétait aussi des plus réduits. Les 46 années\r\nsubséquentes ont vu notre famille croître\r\nde façon exponentielle, si bien que plus de\r\n365 personnes travaillent maintenant pour\r\nla FCNQ et ses sociétés filiales. Quant aux\r\n14 coopératives membres, elles s’appuient\r\ndorénavant sur un personnel se chiffrant\r\nà plus de 390 employés. Ajoutons que, du\r\ncôté de la FCNQ, 33 personnes comptent\r\nplus de 20 ans d’ancienneté, tandis que 7 en\r\ncomptent plus de 35. Il y vraiment de quoi\r\nêtre fier !\r\nLe Service des ressources humaines et\r\nde la formation de la FCNQ a vu le jour\r\nen 2005. Avant sa mise sur pied, il revenait\r\nau directeur général et au directeur de\r\nservice concerné de régler les différends,\r\nd’harmoniser les relations entre la direction\r\net les employés, d’appliquer des mesures\r\ndisciplinaires ou d’émettre des avis de\r\ncessation d’emploi. Chaque directeur de\r\nservice devait en outre recruter, orienter\r\net former lui-même son personnel, sans\r\noublier les coopératives, qui nécessitaient\r\nune formation propre à leur spécialité\r\nrespective. Quant à la feuille de paie de la\r\nFCNQ et au régime d’avantages sociaux des\r\nemployés, ils étaient en grande partie l’affaire\r\ndu Service de comptabilité, tout comme la\r\nfeuille de paie des coopératives, avant que\r\ncelle-ci ne passe sous la responsabilité de la\r\nDivision des services coopératifs.\r\nPourvoir aux besoins de nos coopératives\r\nmembres et les soutenir, tel a été le rôle joué\r\n34\r\n\r\npar la FCNQ depuis ses débuts. L’arrivée\r\nsur scène de la Commission des normes du\r\ntravail et la croissance que connaissaient les\r\ncoopératives ont rendu plus que nécessaire\r\nl’avènement d’une gestion plus rigoureuse.\r\nLes administrateurs de coopératives ont été\r\nles premiers à bénéficier de la formation\r\ndispensée et du support offert en ce sens,\r\nsuivis, au cours des dernières années, par les\r\ndirecteurs. Il est à noter que, jusqu’en 2005,\r\nc’est la Division des services coopératifs qui\r\npourvoyait aux besoins des coopératives en\r\nla matière.\r\nPlus se développaient la FCNQ, ses\r\nsociétés filiales et les 14 coopératives, plus\r\nle besoin d’unifier et de normaliser les\r\nservices évoqués précédemment se faisait\r\npressant. C’est dans un tel contexte que\r\nfut mis sur pied, en 2005, le Service des\r\nressources humaines et de la formation,\r\net que fut embauchée Elaine Metras, une\r\nspécialiste en ressources humaines à qui\r\nfurent confiées la mise en œuvre et la\r\ngestion d’un tel service. Depuis son départ,\r\nen 2011, mes 6 collègues et moi-même\r\nnous évertuons à respecter, voire à bonifier,\r\nles pratiques et procédures mises en place\r\npar Elaine.\r\nLes ressources humaines sont au cœur\r\nmême de l’ensemble des opérations que nous\r\nmenons. Par conséquent, ce qui affecte nos\r\nemployés se répercute immanquablement\r\nsur l’efficacité et la rentabilité de la FCNQ,\r\nde ses sociétés filiales et de ses coopératives\r\nmembres. De ce fait, les responsabilités\r\nassumées par notre service et son offre de\r\nsoutien ont évolué de manière à prendre en\r\ncompte les différences de générations. La\r\nnouvelle génération de travailleurs pose de\r\nmanière toute particulière le problème des\r\ndifférences intergénérationnelles, car, pour\r\nelle, travail et épanouissement personnel\r\nsont indissociables. Et nous, confrontés au\r\ndépart à la retraite de la génération dite des\r\n“baby-boomers” et confrontés également à\r\nla baisse de personnel qualifié, nous nous\r\ndevons de faire preuve d’un esprit novate