JUIN 2015_NO.5 - Page 36

ZONE DE COLLABORATION DÉMYSTIFIER LES MYTHES DE L’ENTRAÎNEMENT AVEC UN KINÉSIOLOGUE ALEXANDRE CHAREST, KINÉSIOLOGUE A�������� � �������� ��� ������������ �� ������������ � �'U��������� �� Q����� � M�������. P�������� ��� ��� ������ �� ����������� ����� �� �������� �� �'�������������, �'��� � ������ �� ��� ����������� ��'�� ����� �'������� ��� �������� �'������������ ���� �� ����� ������. L es mondes du fitness, de la préparation physique récréative et sportive et de la réadapta tion travaillent tous avec le même outil : l’être humain. Le langage professionnel commun utilisé par les intervenants reliés à ces domaines varie et est parfois mal utilisé. La vulgarisation est souvent requise auprès de nos clientèles, mais il ne faut pas perdre de vue les concepts et définitions réels des termes utilisés. Cet article permettra de clarifier et contextualiser certains termes couramment utilisés en kinésiologie qui sont susceptibles d’être également employés en ergothérapie. LES CONCEPTS DE FORCE ET D’ENDURANCE La force et l’endurance d’une personne sont des caractéristiques spécifiques. Plutôt que d’être interprétés de façon linéaire, où la force représente un effort court et maximal et où l’endurance représente un effort de long fond, il faut voir les deux concepts comme étant interreliés. Nous faisons référence au concept de force si on pose la question suivante : « Vous avez 10 répétitions d’un exercice X à exécuter. Quelle charge êtes-vous capable de soulever ? ». Par contre, on fait référence au concept d’endurance si la question est : « Vous devez utiliser un poids de 100lbs pour exécuter cet exercice. Combien de répétitions pouvez-vous faire? ». Il faut, avant tout, s’interroger sur ce que l’on désire réellement évaluer. Il faut comprendre que même dans les sports de fond comme le marathon, c’est le coureur le plus rapide sur 42,2km qui gagne, et non celui qui court le plus longtemps. En contrepartie, le sprinteur qui maintient sa vitesse maximale le 36 plus longtemps dans les 60 derniers mètres du 100m risque fortement de l’emporter. C’est donc dire qu’il y a une part de force et d’endurance à exploiter dans les deux sports. Dans le but d’être plus précis au niveau terminologique, il faut donc définir l’effort par son niveau de charge et de volume pour en définir l’intensité, plutôt que par un indicatif