JUIN 2015_NO.5 - Page 32

ERGOTHÉRAPIE À L’INTERNATIONAL [ SUITE ] COOPÉRATION INTERNATIONALE AU BÉNIN Par exemple, une priorité identifiée par les pairs-aidants était la difficulté à aider les patients qui ne sont pas autonomes pour leur hygiène. Au cours de la formation, nous avons donc abordé les principes de gradation de l’activité et même quelques notions de santé et sécurité au travail. Plusieurs solutions ont ensuite été proposées par chacun pour « améliorer l’aide aux malades faibles à la douche afin qu’ils retrouvent la santé ». Pour atteindre l’objectif, il a été choisi par les pairs-aidants d’animer une rencontre de transfert de connaissances avec leurs collègues, puis de faire de la rétroaction sur le terrain. Nous avons donc, préalablement à l’exécution du plan d’action, complété leur formation avec un atelier sur les stratégies d’une rétroaction réussie. D'autres idées proposées par les participants sont venues bonifier cette solution, comme l’ajout de matériel et la sensibilisation en collaboration avec l’infirmier. Le but était d’améliorer du même coup les conditions d’hygiène dans lesquelles l’aide aux patients non autonomes à la douche est prodiguée. Au cours de l’affectation, un nouvel objectif s’est ajouté à notre mandat dans le but de favoriser une vie affective et sexuelle saine au sein du centre, puisque c’est devenu une priorité pour le partenaire. Nous avons alors entamé un processus de résolution de problèmes en collaboration avec la direction et les infirmiers. Cela nous a aussi amenées à approfondir nos connaissances sur ce sujet, qui est intrinsèquement culturel, en recueillant de la documentation pertinente et en dressant une liste des organisations locales qui agissent dans ce domaine. [suite page 34]