JUIN 2014_NO.2 - Page 34

ZONE DE COLLABORATION Cette rubrique ne sera jamais écrite par des ergothérapeutes ou presque (il y aura certaines exceptions) ! Les rédacteurs-invités seront des travailleurs impliqués, de près ou de loin, dans le domaine de la santé. Ainsi, vous en apprendrez davantage sur des professionnels avec qui vous pourriez être appelés à intervenir en inter, trans ou multidisciplinarité. Cette plateforme demandera à certaines personnes de laisser tomber leurs préjugés. Elle leur permettra de mieux comprendre leurs limites d’interventions et probablement de créer de nouveaux liens de collaboration avec des gens de la communauté auxquels ils n’auraient pas pensé référer leurs clients. (1828-1917), un médecin américain, qui a «inventé» l'ostéopathie. « C'est en 1874, lors d'une épidémie de dysenterie, qu'il découvre que le dos des enfants malades est chaud alors que l'abdomen devient froid et qu'en relâchant les muscles et en ramenant la chaleur vers les intestins, il fait disparaître les symptômes.» (Le Dressay, 2010) Entre autres grands noms de l'ostéopathie, nous pouvons aussi nommer Sutherland, Magoun et Frymann. say, 2010) L'ostéopathie est une science puisque « [...] son analyse et son raisonnement s'appuient sur l'anatomie, la physiologie, l'embryologie et la biomécanique» (Solano, 2006) Finalement, la pratique de l'ostéopathie est un art puisqu'elle est en lien direct avec l'expérience et les antécédents du thérapeute. J'entends par là les années d'entraînement de ses mains qui lui révèlent de plus en plus d'informations en un toucher. L'ostéopathe fait pour le corps ce que le musicien fait pour son instrument: l'ajuster avec précision pour que son fonctionnement soit optimal. Ostéopathie Québec compte plus de 1000 membres dont la formation en ostéopathie respecte les standards de qualité tels que définis par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Ces standards sont des lignes directrices (et non une réglementation, au Québec) pour éviter que des thérapeutes non qualifiés se prétendent ostéopathes. Il est question: • «du contenu de la formation • des méthodes de formation utilisées • des gens à qui la formation est donnée, et par qui • des rôles et responsabilités du futur thérapeute • du niveau d'éducation requis pour entreprendre la formation en ostéopathie» (traduction libre de l'auteure, p.20 du lien OMS en annexe) veut consulter. Quels sont les sujets que vous avez étudiés lors de votre formation en ostéopathie ? La formation que j'ai suivie est théorique et pratique et s'échelonne sur 1200 heures réparties sur 6 ans. Il s'agit donc de 200h par année réparties en 6 blocs de 4 jours (+1). On y voit énormément d'anatomie et de physiologie. On peut nommer (bien sûr non exhaustif) : Comment expliquez-vous les divergences de pratique parfois flagrantes entre les ostéopathes ? • Tel que mentionné plus haut, les ostéopathes n'ont pas tous reçus la même formation en ostéopathie. • Leur approche sera aussi teintée de leur première profession. Par exemple, un(e) chiro-ostéo fera possiblement davantage de manipulations articulaires qu'un(e) ostéo d'une autre profession. • Comme la pratique de l'ostéopathie comporte une partie d'art palpatoire et diagnostique, l'expérience en cabinet du thérapeute va sculpter sa façon de traiter. • Il existe la plupart du temps de multiples façons de normaliser une même dysfonction. Tout comme on peut emprunter plusieurs chemins pour se rendre à une même destination... • Il y a plusieurs autres facteurs qui influencent nos choix: notre gabarit, notre force ou endurance musculaire, nos préférences personnelles, notre clientèle (ex: client qui ne veut pas de «craquement» ou qui ne peut pas adopter telle ou telle position...), etc ! O S T É O L'OSTÉOPATHIE? par Isabelle Fréchette, B.Sc.ergothérapie, DO Isabelle Fréchette est diplômée de l'Université de Montréal en ergothérapie (2002). Elle a débuté ses études en ostéopathie au Centre ostéopathique du Québec (COQ) en 2004. Elle a obtenu son diplôme en ostéopathie en 2011 (Deux congés de maternité plus tard...!). Elle a travaillé au sein d'une clinique privée durant les années suivantes. Elle a désormais son bureau à la maison et se spécialise en pédiatrie. Dans cet article, elle répondra à l'une des questions les plus souvent posées: «Mais où met-on le "h" dans "ostéopathie"?» 34 Quelle est votre définition de l'ostéopathie et sa philosophie de pensée ? Tout d'abord, un peu d'histoire. C'est le Dr Andrew Taylor Still «L'ostéopathie est à la fois une philosophie, une science et un art.» (Solano) On entend par là que les ostéopathes voient la personne dans sa globalité (comme les ergothérapeutes, d'ailleurs), en incluant autant ses antécédents (médicaux, traumatiques, émotionnels...) et ses activités. Le symptôme est l'une des parties du casse-tête, mais est vu comme l'expression d'un équilibre rompu. Ce déséquilibre peut même être présent dans un système à distance puisque «tous les tissus du corps sont fonctionnellement reliés.» (Sergueef) Bref, un même symptôme peut avoir plusieurs causes