JUIN 2014_NO.2 - Page 20

Fig. 7- Orthèse statique progressive de pronation et de supination. Fig. 9 - Orthèse statique de positionnement du coude à 90° de flexion. Le programme de mobilisations actives comprend la flexion/extension du coude et la pronation/supination avec le coude à 90° de flexion, 10 à 12 répétitions, 3 fois par jour. Les soins cicatriciels doivent être faits en accord avec l’équipe médicale. Fig. 8 - Orthèse dynamique de supination et de pronation. Le renforcement du coude et du membre atteint débutera vers la 8e semaine. La personne pourra utiliser le membre atteint dans les activités quotidiennes légères, selon tolérance, dès la prise en charge, en évitant de faire des levées de charges comme stipulé précédemment. Fracture de type II Une des différences dans le traitement de la fracture de Type II par rapport à la fracture de Type I est que l’ergothérapeute devra confectionner une orthèse statique de positionnement du coude à 90° de flexion (Fig. 9). Cette orthèse devra être portée en tout temps, sauf pour l’hygiène du membre, pour les soins cicatriciels et pour réaliser le programme de mobilisations du coude. 20 Le renforcement et la levée de charges avec le membre atteint devront attendre la 12ième semaine postopératoire. La mobilisation passive et l’utilisation d’orthèses pour maximiser la mobilité du coude devront également être retardées à la 12ième semaine pour éviter tout échec chirurgical. Les soins de la cicatrice, les massages pour minimiser les adhérences et le programme de désensibilisation de la cicatrice doivent être commencés tels que décrits ci-haut. L’hydratation de la cicatrice avec de la vitamine E, les massages pour minimiser les adhérences et les pansements de silicone doivent être amorcés seulement lorsque la cicatrice est bien fermée et que l’intégrité de la peau n’est plus compromise. De plus, un programme de désensibilisation cicatricielle pourra également être entrepris selon le besoin. La mobilisation passive et l’utilisation des orthèses mentionnées plus haut pourront être amorcées vers la 6ième semaine, afin de corriger toutes limitations articulaires du coude et/ou de l’avant-bras. La reprise des activités quotidiennes légères se fait dans un premier temps en portant l’orthèse, et à partir de la 6ième semaine, sans celle-ci. Le renforcement du membre atteint débutera vers la 8ième semaine, selon tolérance (Fig. 10). Fig. 10 - Appareils de renforcement de l’extension et de la flexion du coude. Fracture de type III et IV Les interventions en ergothérapie propres à ce type de fracture sont la confection d’une orthèse statique de positionnement du coude à 90° de flexion avec l’avant-bras en pronation pour protéger la suture du LCE, s’il y a lieu, ou en position neutre s’il s’agit d’un remplacement de la tête radiale. L’orthèse devra être portée en tout temps, sauf pour l’hygiène du membre et pour les soins cicatriciels. L’orthèse sera ajustée une fois par semaine en augmentant l’angle du coude de 10° en extension. Le programme de mobilisations comprend la flexion active assistée du coude à partir de la position dans l’orthèse jusqu’au maximum possible et l’extension active jusqu’à l’orthèse. La pronation et la supination actives devront être réalisées avec le coude à 90° de flexion. La fréquence et le nombre de répétitions sont les mêmes que pour le programme de mobilisation suite aux fractures de Type II. erg-go! REVUE DES ERGOTHÉRAPEUTES DU QUÉBEC JUIN 2014_NO.2 Bien entendu, pour tous les types de fracture de la tête radiale, l’ergothérapeute fera des recommandations relatives aux stratégies compensatoires à utiliser, aux adaptations temporaires du poste de travail et aux aménagements de l’horaire de travail afin de respecter les capacités du client. Il recommandera des aides techniques, si nécessaire, lors de la reprise des activités quotidiennes. À l’occasion, pour les clients présentant des problématiques plus importantes, l’ergothérapeute réfèrera le client à un autre ergothérapeute du secteur privé afin qu’il intègre un programme d’évaluation et de développement des capacités de travail ou pour une évaluation du poste de travail en vue d’un retour au travail ou d’une ré