JUIN 2014_NO.2 - Page 12

INNOVATION Démystifier l’hippothérapie par Carolyne Mainville, erg., M.Sc Certifiée en hippothérapie niveau II Les approches utilisant le cheval à des fins de réadaptation prennent de l’ampleur au Québec de même qu’à travers le monde. À cet effet, il est de plus en plus fréquent d’entendre parler d’approches thérapeutiques reliées au domaine équestre et selon la région, les termes diffèrent : équithérapie, hippothérapie, équitation thérapeutique, thérapie équine, rééducation par le cheval, thérapie par l’équitation, etc. Mais qu’en est-il vraiment? Au Canada, on utilise le terme général équitation thérapeutique pour désigner « toutes formes d’activités équestres conçues à l’intention d’une personne vivant avec une déficience » (Association Canadienne d’Équitation Thérapeutique). Plusieurs approches sont donc comprises dans ce terme. Toutefois, plusieurs confusions sont présentes quand il s’agit de distinguer l’hippothérapie des autres formes d’équitation thérapeutique (ou d’équithérapie). Qu’est-ce que l’hippothérapie? Contrairement aux autres approches d’équitation thérapeutique, l’hippothérapie est réservée 12 aux ergothérapeutes, orthophonistes et physiothérapeutes qui l’utilisent comme modalité de réadaptation dans leur pratique professionnelle. L’hippothérapie, c’est d’abord et avant tout l’utilisation du mouvement du cheval à des fins de réadaptation. Le mouvement créé par le cheval au pas est de type tridimensionnel et il agit sur le bassin du cavalier en reproduisant celui de la marche de l’humain. Le cavalier répond à ce mouvement de façon active (en effectuant les exercices demandés par le thérapeute) mais aussi passive (en réagissant aux mouvements induits par le cheval). C’est ainsi que l’hippothérapie permet l’intégration et l’amélioration de fonctions neuromotrices et de processus sensoriels qui peuvent, par la suite, être généralisés à une vaste gamme d’activités quotidiennes. Chaque professionnel qui utilise l’hippothérapie se sert donc de ses connaissances en réadaptation et des compétences propres à son champ de pratique pour atteindre des objectifs déterminés avec le client. Par exemple, améliorer le tonus du tronc et de la tête, les ajustements posturaux, les amplitudes articulaires, la modulation sensorielle, le rythme respiration (inspiration, expiration), etc. Il va donc sans dire que cette modalité thérapeutique fait partie d’un processus de réadaptation et nécessite des connaissances spécifiques de la part du professionnel qui offre le service. Qu’est-ce que l’équitation thérapeutique? L’équitation thérapeutique (couramment appelée équithérapie au Québec) constitue une activité