JANVIER 2014_NO.1 - Page 9

Notre projet a finalement vu le jour en 2012; des ateliers et formations sont offerts depuis. Le taux élevé de participation confirme que cela répond à un besoin important de la région. Certains parents ont verbalisé leur satisfaction d’avoir accès à des ateliers près de leur demeure. En effet, la grande beauté de ce projet est son volet communautaire et accessible (prix très réduit ou nul, proximité géographique, informations vulgarisées). Pour les ergothérapeutes qui veulent travailler avec cette clientèle et offrir des services accessibles et rapides, c’est une option intéressante à considérer. CRÉER ET OFFRIR DES ATELIERS PARENTSENFANTS De nombreux défis devaient être relevés par l’équipe en place afin de pouvoir offrir les ateliers dans les écoles et les parcs: cibler les objectifs, déterminer le nombre de rencontres, d’enfants et l’âge des groupes, élaborer les ateliers en lien avec les objectifs, trouver le matériel et l’espace requis. Les données probantes donnent peu d’informations quant au nombre de rencontres à privilégier ou encore les types d’activités à favoriser dans un tel contexte d’interventions. À travers toute cette préparation, l’ergothérapeute a dû faire de multiples tâches. Avec les membres du comité, Isabelle Duranleau, a décrit les activités ciblées selon les groupes d’âge, rédigé des fiches d’informations à remettre aux parents et acheté du matériel accessible aux familles. Elle a aussi eu l’occasion de collaborer avec une animatrice du Carrefour Familial (organisme communautaire œuvrant auprès des familles) pour la planification et la co-animation des ateliers. Pendant les séances, l’ergothérapeute sur place, soit Mme Duranleau la première année, et Julie Coutya, la deuxième, informe les parents sur le développement sensori-moteur, explique le choix des activités proposées, les adapte aux capacités des enfants, corrige au besoin l’exécution des mouvements et répond aux questions des parents. riel. Elle a ensuite formé les animatrices pour qu’elles puissent à la fois enseigner les activités, mais aussi expliquer brièvement ce que chaque activité engendre sur le développement de l’enfant. Un avantage significatif des ateliers dans le parc est qu’ils se déroulent dans un milieu accessible aux parents. De plus, une liste de professionnels de référence est remise aux parents d’enfants ayant plus de difficultés afin d’encourager un suivi personnalisé et adapté. Le rôle premier des ergothérapeutes est toutefois d’outiller tous les parents dans le but d’optimiser le développement sensoriel et moteur de leurs enfants. Bref, ces ateliers sont innovateurs et stimulants à offrir. Ils permettent à l’ergothérapeute de travailler en amont dans un milieu communautaire, bien souvent avant que l’enfant ne soit référé pour des problématiques variées. (suite page 10) En ce qui concerne le volet des ateliers dans les parcs, l’ergothérapeute a été responsable de trouver des activités stimulantes qui ciblent différents aspects du développement moteur et senso- ERG-GO! Revue des ergothérapeutes du Québec - Janvier 2014 - Numéro 1 9