JANVIER 2014_NO.1 - Page 7

Avec Carlos, 11 ans, diagnostic du spectre de l’autisme, j’utilise la thématique Woody, du film Histoire de Jouets qu’il adore. Lors des thérapies, je lui indique, par exemple, que j’aimerais qu’il accomplisse une activité avec de la crème à raser et qu’il pourra ensuite compléter un casse-tête de Woody. Nous communiquons avec les parents verbalement ou par écrit afin de les informer des progrès de leur enfant et des activités recommandées à la maison. Au cours de l’après-midi, nous avons des clients provenant de la communauté. La majorité des enfants n’ont pas de diagnostics précis et les parents sont, la plupart du temps, absents lors des thérapies. Bien entendu, les progrès sont plus marqués lorsque les parents sont davantage impliqués dans la réadaptation. J’interviens donc à partir de mon évaluation et de ce qui m’est communiqué par la famille. Présentement, Jorge, un petit garçon de 4 ans, ayant un diagnostic du spectre de l’autisme, réagit fortement au toucher, ne parle pas et adore les ballons. La famille et moi intervenons par rapport à son alimentation, incluant son indépendance à manger seul. Jorge n’aime pas tenir la cuillère de métal; il la tient du bout du pouce et de l’index seulement. Nous avons tenté l’utilisation d’une cuillère en plastique, ce qui a provoqué de légères améliorations. Toutefois, l’approche d’intégration sensorielle s’est avérée être la meilleure solution pour la poursuite des interventions. Nous avons débuté avec une diète sensorielle et diverses stimulations (ex : utilisation du poids de son corps, rouler sur des ballons, taper des mains, brosser ses mains avec une brosse chirurgicale, etc.). À présent, Jorge peut boire dans un verre de manière autonome et prendre seul quelques bouchées de son repas. davantage par rapport au protocole de Wilbarger, Sequential Oral Sensory (SOS) Feeding Program et sur