Flashmag Digizine Edition Issue 96 August 2019 - Page 95

..............95.............

Flashmag August 2019 www.flashmag.net

Le duo est issu de la même époque, à la fin des années 90, lorsque la Chine découvrait Internet, et construisit pendant des années des entreprises géantes plus ou moins différentes les unes des autres. Cependant, à mesure qu’elles grandissaient, chacune a inévitablement commencé à empiéter sur le territoire de l’autre. Tencent, par exemple, investit dans le commerce de détail et les services financiers, des secteurs qui font la force d’Alibaba. Alibaba voit à son tour une ouverture dans le domaine de Tencent, notamment en offrant des outils de messagerie mobile à son vaste réseau de partenaires de petites entreprises.

Une dernière comparaison inévitable entre les deux compagnies. Leurs principaux dirigeants partagent un nom de famille commun, bien que Jack Ma d’Alibaba et Pony Ma de Tencent ne soient pas liés. Comme le caractère chinois de Ma signifie un cheval - la genèse du surnom anglais de «Pony’s» - la lutte entre les deux étalons de l’Internet chinois est littéralement

une course à chevaux. Et le trophée qu’ils visent n’est rien de moins que la position de leader dans une économie numérique en pleine croissance et en évolution plus dynamique que tout autre pays.Les deux hommes, qui se connaissent depuis des années, n'hésitent pas à professer le respect mutuel.

Alors qu'Alibaba et Tencent se battent pour contrôler le marché chinois, ils restent modestes en comparaison des géants américains du "Big Four" Google, Amazon, Facebook et Apple.

La capitalisation boursière de chacun des deux poids lourds de la technologie chinoise oscille autour de 400 milliards de dollars, tandis que Google, Amazon et Apple dépassent chacun 800 milliards de dollars.

La plus grande différence réside peut-être dans leur pénétration à l'étranger.

Le quartet américain génère plus de la moitié de ses revenus à l’étranger, tandis que les ratios de Tencent et d’Alibaba se concentrent plus sur les marchés chinois et asiatique.

Sources Fortune.com

une Vue de Shenzhen