Flashmag Digizine Edition Issue 96 August 2019 - Page 13

aux francs-maçons. La tentative de séparer la pensée de l’esprit humain représente une autre tentative de transcender la condition humaine. Au début, les raisons étaient plus explicitement chrétiennes. Descartes considérait le corps comme une preuve de la "faillite" de l'humanité plutôt que de la divinité. La chair s'opposait à la raison et empêchait l'esprit de rechercher l'intellect pur. Sous son influence, les tentatives ultérieures de création d'une "machine à penser" sont devenues des tentatives pour séparer un "esprit" immortel et transcendant de la chair mortelle et de la chair déchue.

Edward Fredkin, l'un des premiers apôtres et chercheur dans le domaine de l'intelligence artificielle, devint convaincu que son développement était le seul espoir de l'emporter sur les limitations humaines et la folie. Selon lui, il était possible de voir le monde comme un "grand ordinateur" et il souhaitait écrire un "algorithme global" qui, s'il était exécuté de manière méthodique, conduirait à la paix et à l'harmonie.

Marvin Minsky, qui a dirigé le programme d'IA au MIT, considérait le cerveau humain comme une simple "machine à viande" et le corps comme un "fouillis sanglant de matière organique". Son espoir était de réaliser quelque chose de plus en plus grand, un moyen de transcender son humanité. Le cerveau et le corps étaient, à son avis, facilement remplaçables par des machines. Quand il s'agit de la vie, seul l’esprit est vraiment important et c’était quelque chose qu’il voulait réaliser par la technologie.

Cependant alors que la technologie et la poursuite au développement semblent faire de nombreux ravages aussi bien dans la nature environnementale, que dans l’ humanité, de nombreuses religions, y compris le taoïsme en Chine, le bouddhisme zen au Japon, l'hindouisme en Inde et les cultures amérindiennes et africaines mettent l'accent sur l'harmonie avec la nature et le respect de toutes les formes de vie. Tandis que le catholicisme semble mettre l’accent sur le caractère sacré de la vie, en dénonçant la technologie de manipulation génétique.

..............13..............

Flashmag August 2019 www.flashmag.net

Le judaïsme, le christianisme et l'islam ont tracé une ligne de démarcation plus nette entre la vie humaine et non humaine.

Les églises réformistes protestantes très influentes dans le capitalisme Anglo-saxon, ont souvent interprété à leur avantage les versets bibliques donnant à l'humanité la domination sur d'autres créatures ce qui a souvent justifié l'exploitation illimitée de la nature non humaine, y compris des esclaves noirs jugé sous humains au cours des siècles précédents .

Cependant des études récentes de théologie soulignent des thèmes bibliques qui stipulent que l'intendance de la nature est nécessaire parce que la terre appartient finalement à Dieu qui l'a créée, et la désacraliser, par la pollution conséquence directe de l’avancée technologique serait en d’autres termes porter atteinte au divin et implémenter le règne du chaos de l’antichrist. Une décadence par la technologie que les théologiens des religions monothéistes pensent être l’œuvre du mal qui ne saura être stoppé que par la fin des temps. La célébration de la nature est aussi très importante dans les religions des peuples premiers, qui semblent avoir un regain d’intérêt aussi bien en Afrique que dans le Pacifique et en Asie, où l’harmonie entre l’être humain et la nature est de plus en plus prôné. Les croyances dites alternatives qui gagnent de plus en plus en adeptes en occident, s’inspirent de ces principes d’unicité conséquentielle entre l’homme et son environnement. L’on admet de plus en plus que la destruction de l’environnement est la destruction l’humanité elle-même, car elle en fait partie intégrante. Aussi, on sort de plus en plus du paradigme de domination de la nature par l’homme, à celui de la cohabitation pacifique entre l’homme et son environnement à cause de l’interconnexion qui les unis. L’ère actuelle devrait miser sur l’examen de l’impact des nouvelles technologies sur l'environnement sans négliger les besoins humains urgents qui dépendent de l'utilisation durable des ressources naturelles.

Hubert Marlin

Journaliste

Sources : La religion de la technologie: la divinité de l'homme et l'esprit d'invention. David F. Noble.