Flashmag Digizine Edition Issue 110 October 2020 - Page 20

Fabien qui cette année 2020 est retourné en France pour le doublage des Séries policières américaines NCIS, et Blue Bloods, a pris un instant pour accorder une interview à l’équipe de Flashmag. Dans un entretien cordial et ouvert, il nous en dit plus sur sa carrière et ses nouveaux défis, tout en donnant son opinion sur des sujets d’actualité.

Bonjour Fabien, c’est un réel plaisir de t’avoir comme invité vedette de Flashmag ce mois.

Alors une carrière dans le Cinéma tu en rêvais dans ton enfance ?

Fabien Gravillon : Oui, j'ai toujours rêvé de faire carrière dans le cinéma même si je ne venais pas du tout d'une famille du milieu du 7ème art. Les films français et américains ont bercés mon enfance et j'ai très vite décidé d'en faire mon métier.

Venant d'un petit village de province en France, J'ai d'abord commencé par aller à Paris pour prendre des cours de théâtre, et ensuite j'ai trouvé des agents artistiques qui m'ont permis de commencer à évoluer dans le milieu de l'audiovisuel.

Quand tu faisais le choix de poursuivre ta carrière dans le Cinéma pensais tu que tu avais les épaules assez solides pour survivre dans le milieu des arts qui parfois est très complexe, ou alors tu n’as jamais pensé aux difficultés qui pouvaient se présenter ?

Fabien Gravillon : Quand l'on démarre dans ce milieu on ne se préoccupe pas des difficultés .C'est au fil du temps que l'on se rend compte que la compétition est rude et qu'il n'y a pas toujours la place pour tout le monde.

En France tu as quand même un début de carrière classique, des spots publicitaires puis des sketchs sur Canal+ dans le grand Journal, ou Groland, avant vraiment d’avoir droit à quelques rôles dans les séries TV, puis au grand écran pendant cette période de tes grands débuts, quel était ton état d’esprit apprendre, ou alors prendre tout ce que tu pouvais prendre ?

Fabien Gravillon : je dirais les deux. Premièrement c'était pour apprendre. Car même si les cours de théâtre sont très importants pour devenir un comédien professionnel, pour moi la meilleure école c'est l'apprentissage sur le tas.

Et deuxièmement, effectivement je ne pouvais pas me permettre de faire un choix sur ce qu'on me proposait, car il y avait moins de rôles pour les comédiens noirs en France.

En ces moments-là, a tu pensé qu’il ya avait un type de rôles qui te donneraient plus d’opportunité dans le futur ou alors qu’il y avait des rôles à éviter pour les mêmes raisons ?

Fabien Gravillon : A mes débuts, Je n'ai jamais pensé qu'il pouvait y avoir des rôles à éviter.

Pour moi tous les rôles pouvaient être intéressants.

En 2006, on te retrouve dans le rôle de Jules dans « Plus belle La Vie » le feuilleton français à grand succès, en 2011 je pense nous avons reçu l’héroïne de la série la commissaire Sara Douala, Nadège Beausson-Diagne sur notre tribune. Alors lorsque tu intègres, le casting de cette grande série quel est ton sentiment ?

Fabien Gravillon : J'étais extrêmement content. Ce n'est pas donné à tout le monde de jouer un rôle récurrent dans le feuilleton quotidien numéro 1 en France. Je me souviens que la productrice, Michelle Podroznick, m'avait félicité pour mon excellent casting. Elle m'avait dit que j'étais un très bon comédien et qu'elle était ravis que j'intègre le feuilleton.

Après quelques épisodes, tu quittes la série peut-on savoir pourquoi ?

Fabien Gravillon : L'intrigue pour laquelle j'étais venu, s’est terminée, et la production a décidé de développer d'autres histoires.

Quelques années plus tard on te retrouve sur la série policière sur M6 «Les Bleus : Premiers pas dans la Police » Des rôles de policier tu en auras à profusion tout au long de ta carrière y compris lorsque tu décides de t’ installer aux Etats-Unis. Pourquoi cette tendance de rôle de flic chez toi ?

Fabien Gravillon : Dans la série policière de M6 je ne jouais pas un flic mais un jeune de banlieue qui était l'ami d'un flic (rires)...tout ça pour dire que j'aime jouer tous les rôles mais c'est vrai qu'en ce moment on me donne souvent des rôles de policiers. Peut-être que l'uniforme me va bien !!! (Rires).

Tu as joué dans plusieurs longs métrages notamment Amour sur place ou à emporter d’Amelle Chahbi, en 2014, et dans le film Haïtien-américain L’enfant du destin tourné en français à Boston en 2019. . Pour les profanes que nous sommes y a-t-il une différence dans la manière de jouer dans une série TV et un film ? ? la pression s’il y en a est-elle la même ?

Körinn "Traversée "

cliquez pour jouer

+33 06 69 50 46 85 +330 6 19 08 84 07

edem.modele@outlook.fr

...............20............

Flashmag October 2020 www.flashmag.net