Flashmag Digizine Edition Issue 110 October 2020 - Page 185

..............185............

"Elles envisagent par exemple de bâtir des cités flottantes mais réalisent que ce n'est pas forcément la solution parce que cela affecte la vie marine et qu'elles sont difficiles à construire. Donc pourquoi ne pas chercher sous terre?", ajoute Mme Conaro, membre, tout comme M. Admiraal, du comité international sur l'espace souterrain (Itacus).

Des centres commerciaux sous terre

Des métropoles énormes comme Singapour ou Hong Kong ont déjà commencé à changer leur législation pour permettre à des universités, des bibliothèques, des cinémas ou des centres commerciaux de s'installer sous terre. Et les arbres plantés sur les terrains gagnés sur le béton ou le macadam sont autant de contributions, aussi minces soient-elles, à la lutte contre la pollution de l'air.

S'abriter sous terre peut aussi permettre à la population de se protéger des fortes intempéries, comme les cyclones, redoutées avec le réchauffement climatique. "Face aux inondations et autres catastrophes naturelles, cela peut vraiment rendre la ville plus résistante, si on en exploite le potentiel souterrain", juge cette experte. "La fibre optique peut apporter la lumière sous terre et il est possible aujourd'hui de simuler une luminosité propre à la lumière naturelle", assure-t-elle. La survie des plantes sans les rayons du soleil est au centre de nombreuses études, qui cherchent en particulier la fréquence optimale sur le spectre de la lumière pour permettre la photosynthèse, indispensable à la croissance des végétaux.

Sources Agence France Presse

Sources Agence France Presse

.

Flashmag October 2020 www.flashmag.net