Flashmag Digizine Edition Issue 107 July 2020 - Page 20

pour cet entretien dans lequel elle se révèle sur un jour nouveau par des confidences inédites sur sa vie et sa carrière.

Bonjour, Milca nous sommes heureux de vous avoir comme invitée de marque ce mois.

Alors la musique, même si l’on sait que vous en avez été bercé dès votre plus jeune âge par votre père qui était collectionneur de vinyle… On reste quand même curieux de savoir pourquoi avoir choisi ce chemin qui pourtant n’est pas toujours évident comme avoir un travail « normal »?

Milca : justement je n’ai pas choisi le chemin de la musique. Elle a toujours été une passion dans ma vie, mais je ne pensais pas chanter professionnellement un jour.

Alors que vous vous engagiez dans cette voie aviez vous eut des doutes et qu’est ce qui vous a fait persévérer dans le métier?

Milca : Oui, j’ai toujours eu des doutes car je ne savais pas comment gérer ma vie intime ( avec mes amis, les études, la famille, etc.) avec cette passion qui devenait très prenante et envahissante. Mais j’ai continué dans cette voie car l’amour de la musique était plus fort que les épreuves à traverser pour faire ce que j’aimais par-dessus tout, c’est à dire chanter.

Vous êtes une haïtienne née en Guyane, française et aviez en premier adopté la Kompa musique, et le Zouk, mais à un moment de votre carrière vous vous faites du Jazz et du RnB pourquoi, avoir si je puis dire, délaissé vos racines musicales pour explorer les autres genres?

Milca : Bien au contraire, malgré mes origines, j’ai commencé ma carrière en chantant du gospel et du RNB, c’est bien après quelques années à chanter avec mon groupe de copines, que j’ai décidé de m’essayer à la musique caraïbéenne. J’ai eu de la chance dans mon enfance d’avoir côtoyer de nombreuses personnes avec des origines variées.

2005 avec l’album « Simplement » dont le titre phare éponyme est immédiatement un succès et devenu un classique zouk, célèbre le retour gagnant vers vos racines 15 ans plus tard s’il fallait commenter sur cette période de votre carrière que diriez-vous?

Milca : L’album SIMPLEMENT restera dans mon cœur et dans celui de mes fans car c’est mon premier album et qu’avec ces chansons qui étaient devenu un exutoire, j’ai rencontré énormément de personnes intéressantes qui ont donné par la suite à de belles amitiés. J’ai également beaucoup voyagé et donc échappé quelque part à certains soucis du quotidien, ou bien même à cette rupture amoureuse qui me faisait souffrir.

En 2007 vous recevez le prix de la meilleure interprète féminine lors des Trophées des Arts Afro-caribéens. Comment avez pris cette consécration?

Milca : Recevoir ce trophée des Arts Afro Caraïbéen était très plaisant pour mon égo d’artiste, car je me suis dit que j’existais dans cet univers musical, et que j’obtenais de la reconnaissance et de la distinction sans oublier toutes les autres récompenses que j’ai reçu.

Dernièrement il était question en France du retrait de la catégorie musique du monde, des victoires de la musique française. Une situation qui n’a pas plu aux musiciens afro caribéens tel Jacob Desvarieux, que nous avons reçu avant sur cette page. Alors depuis il est question que les africains et caribéens se regroupent pour récréer des initiatives tels que les TAAC qui si je ne me trompe, depuis 2012 ne ce sont pas tenus, pareils pour les koras de la musique africaine que l’on pas revu depuis. Je sais vous êtes avant tout une musicienne mais n’est-il pas temps pour que les africains et les caribéens d’expression francophone se prennent en main tant il y a urgence en la demeure?

Milca : Je trouve que c’est un peu dommage que l’on s’attarde sur ce genre de détails, alors que la musique Zouk traverse déjà une crise. Elle n’est pas reconnue à sa juste valeur. Donnons-lui déjà la place qu’elle mérite puis après passons à un autre souci. Gérons un souci l’un après l’autre. Sachant qu’il y a beaucoup d’entrepreneurs motivés et engagés pour leur communauté. Ensemble il est vrai que les efforts donneraient plus de résultats et que main dans la main, nous avancerions plus vite.

« À l’abri du temps » votre 5eme album sorti le 18 mai 2018, est une nouvelle page de votre histoire musicale. En Avril 2020, il était classé 45e sur Amazon France dans la catégorie des musiques du monde. Comment s’est fait la réalisation de cet opus?

Körinn "Traversée "

cliquez pour jouer

+33 06 69 50 46 85 +330 6 19 08 84 07

edem.modele@outlook.fr

...............20............

Flashmag July 2020 www.flashmag.net

Studio Beauties