Flashmag Digizine Edition Issue 107 July 2020 - Page 122

.............122.............

Beaucoup d’esclaves furent vendus à des Européens: certains étaient prisonniers de guerres intertribales; ou endettés, mais la grande majorité fut simplement victimes d'enlèvement.

Après la Seconde Guerre mondiale, le rythme des réformes constitutionnelles s'est accéléré. À la suite des élections générales de 1962, le Royaume-Uni a accordé la pleine autonomie interne l'année suivante. La Gambie a accédé à l'indépendance le 18 février 1965, en tant que monarchie constitutionnelle au sein du Commonwealth, avec Elizabeth II comme reine de Gambie, représentée par le gouverneur général. Peu de temps après, le gouvernement national a organisé un référendum proposant que le pays devienne une république. Ce référendum n'a pas obtenu la majorité des deux tiers requise pour modifier la constitution, mais les résultats ont suscité une large attention à l'étranger comme témoignage du respect par la Gambie du scrutin secret, des élections honnêtes, des droits civils et des libertés.

Le 24 avril 1970, la Gambie devint une république au sein du Commonwealth, à la suite d'un deuxième référendum. Le Premier ministre, Sir Dawda Kairaba Jawara, assuma les fonctions de président, un poste, combinant les fonctions de chef de l'État et de chef du gouvernement.

En 1994, le Conseil provisoire de décision des forces armées (AFPRC) destitua le gouvernement de Jawara et a interdit l'activité politique de l'opposition. Le lieutenant Yahya A.J.J. Jammeh, président de l'AFPRC, devint chef de l'Etat. Jammeh n'avait que 29 ans au moment du coup d'État. L'AFPRC annonça un plan de transition pour revenir à un gouvernement civil démocratique. La Commission électorale indépendante provisoire (PIEC) fut créée en 1996 pour conduire les élections nationales, elle fut transformée en Commission électorale indépendante (CEI) en 1997 et devint responsable de l'enregistrement des électeurs et de la conduite des élections et des référendums.

Fin 2001 et début 2002, la Gambie a achevé un cycle complet d'élections présidentielles, législatives et locales, que les observateurs étrangers [ont jugé libres, équitables et transparentes. Le président Yahya Jammeh, fut élu, conservant le poste qu'il avait occupé pendant le coup d'État, et prêta serment le 21 décembre 2001. L'Alliance pour la réorientation et la construction patriotiques (APRC) de Jammeh a maintenu sa forte majorité à l'Assemblée nationale, en particulier après que le principal parti d'opposition, le Parti démocratique uni (UDP), eut boycotté les élections législatives. (Il a toutefois participé aux élections depuis).

Le 2 octobre 2013, le ministre gambien de l'Intérieur annonça que la Gambie quitterait le Commonwealth avec effet immédiat, mettant ainsi fin à 48 ans d'adhésion à l'organisation. Le gouvernement gambien déclara qu'il avait "décidé que la Gambie ne sera jamais membre d'aucune institution néocoloniale et ne ferait jamais partie d’ une institution qui représente une extension du colonialisme".

Le président sortant Jammeh affronta les leaders de l'opposition, Adama Barrow de la Coalition indépendante des partis et Mamma Kandeh du parti du Congrès démocratique de Gambie lors des élections présidentielles de décembre 2016. La Gambie avait condamné le principal chef de l'opposition et défenseur des droits humains Ousainou Darboe à 3 ans de prison en juillet 2016, le disqualifiant pour se présenter aux élections présidentielles.

À la suite des élections du 1er décembre 2016, la commission électorale déclara Adama Barrow vainqueur de l'élection présidentielle. Jammeh, qui avait gouverné pendant 22 ans, a d'abord annoncé qu'il démissionnerait après avoir perdu les élections de 2016 avant d'annuler les résultats et d'appeler à un nouveau vote, déclenchant une crise constitutionnelle et conduisant à une invasion du pays par une coalition de la CEDEAO. Le 20 janvier 2017, Jammeh a annoncé qu'il avait accepté de démissionner et qu'il quitterait le pays.

Le 14 février 2017, la Gambie a entamé le processus de retour à son adhésion au Commonwealth et a officiellement présenté sa demande de rejoindre l’organisation a la Secrétaire général Patricia Scotland le 22 janvier 2018. Boris Johnson, qui fut le premier ministre britannique des Affaires étrangères à se rendre en Gambie depuis l'indépendance du pays en 1965, annonça que le gouvernement britannique se félicitait du retour de la Gambie dans le Commonwealth. La Gambie a officiellement rejoint le Commonwealth le 8 février 2018. La Gambie est un pays très petit et étroit dont les frontières reflètent le sinueux fleuve Gambie. Elle se situe entre les latitudes 13 et 14 ° N et les longitudes 13 et 17 ° O.

La Gambie mesure moins de 50 kilomètres (31 miles) de largeur à son point le plus large, avec une superficie totale de 11 295 km2 (4 361 mi2). Environ 1 300 kilomètres carrés (500 miles carrés) (11,5%) de la superficie de la Gambie sont recouverts d'eau. C'est le plus petit pays du

Flashmag July 2020 www.flashmag.net