Flashmag Digizine Edition Issue 105 May 2020 - Page 11

...............11............

Flashmag May 2020 www.flashmag.net

Les lucides qui comprennent comment fonctionnent les Etats occidentaux, ont des raisons fondées de craindre le pire ; car en dehors du principe de la liberté en démocratie que l’on a véhément évoqué comme excuse dans le manque de prise de mesures drastiques, pour contrer la pandémie, comme le fichage et le traçage numérique de la population, les gouvernants occidentaux prisonniers des lobbies oligarques qui les contrôlent, auront du mal à mettre sur pieds des politiques qui diminueraient les profits des mêmes oligarques, pour une meilleure redistribution de la richesse.( La crise sanitaire a offert de meilleures opportunités pour l'oligarchie numérique, Jeff Bezos, PDG d'Amazon, a ajouté 25 milliards $ en 3 mois à sa fortune personnelle. . Un nouveau rapport de l'Institute for Policy Studies a révélé que, alors que des dizaines de millions d'Américains ont perdu leur emploi pendant la pandémie du coronavirus, l'élite ultra-riche des États-Unis a vu ses avoirs augmenter nettement de 282 milliards de dollars en seulement 23 jours. NDLR )

Les crises qui adviendront, de ce refus de justice sociale, donneront sans doute lieux à la naissance des Etats policiers qui utiliseront à propos, la technologie produite par l’oligarchie technologique pour contrôler les populations occidentales.

la dictature qui s’instaurera en occident sera différente de celle qui prévaut en Chine ou en Russie, où l’on semble privilégier l’intérêt de la population. Puis que la discorde démocratique conduit toujours au totalitarisme. En occident le régime de la terreur technologique, qui risque d’arriver travaillera pour la sauvegarde exclusive de l’oligarchie, et la fracture sociale qui s’en suivra finira par sonner le glas, de l’âge d’or de l’occident, et transférera de manière irréversible le centre d’influence de la planète économique vers l’Asie.

Les prémices de cette fin de monde sont désormais visibles, dans les relations cahoteuses de la superpuissance du monde occidentale qu’est les Etats-Unis avec les organismes comme les Nations-Unis, ou l’organisation mondiale de la santé qui ont pourtant été depuis plus de 50 ans, les outils indispensables à l’implémentation de son leadership, qui a fait plus de malheureux que d’heureux, dans la gestion des affaires du monde, lorsque l’on fait le bilan des pertes en vies humaines, et de la condition globale de l’humanité, ces 50 dernières années.

En définitive, si certains pensaient que l’on s’acheminait vers un ordre mondial uni, sous la même bannière de solidarité après la pandémie, il est facile de comprendre dès à présent qu’il y aura une continuation de la scission du monde en blocks d’intérêts, et cette fois ci c’est ceux qui ont souvent été considérés comme les vilains par la propagande occidentale, à savoir les héritiers de l’ancien block communiste qui semblent être entrain de gagner la bataille des cœurs et des esprits.

Lorsque l’administration américaine détourne les convois de matériel sanitaire, des autres pays y compris ses alliés, et surtout s’acharne à détruire dans un embargo injuste le petit poucet Cuba, qui pourtant à travers son escouade de médecins, aide le monde entier dans cette période de crise sanitaire, le leadership occidental avec ses méthodes d’Etat voyou, voit sa cote de popularité écornée, plus que jamais. L'omniprésence de ces tendances belliqueuses qui ont commencé à être plus insupportables, avec l'invasion des troupes américaines du Panama sous l'administration de George H. Bush en 1991, qui avait vu l'enlèvement du général Noriega, l'éviction de Bertrand Aristide en Haïti en 2004 , l'invasion de l'Irak en 2003 qui a vu la pendaison de Saddam, l'assassinat en 2011 de Kadhafi en Libye, et plus récemment en Iran, l’exécution sauvage du général Soleimani, le blocus contre le Venezuela et la chasse à l'homme de l'administration Trump contre le président vénézuélien Nicolas Maduro, qui comme Noriega ou Aristide, est unilatéralement accusé de trafic de drogue par Washington, ont inscrit à jamais les Etats-Unis dans le leadership du mal absolu. Une identité que le pays aura du mal à se défaire surtout si l’on remonte dans son histoire qui n’est pas des plus reluisante non plus.

Logiquement, il y en a qui trouvent que la fin du dominion américain sur le monde, serait une bonne chose ; et même si l’on n’aime pas la Chine ou la Russie, des contrés où la ruse dictatoriale contre les locaux est légion, et le racisme anti-africain dégoûtant, il est normal qu'ils espèrent un contrepoids, un frein et un équilibre des forces, qui sauveraient l'essentiel: les vies humaines, que les tentatives eugéniques d’un milliardaire américain semblent désacraliser, dans ses tentatives de dictat sur le droit de vivre ou de mourir des peuples, qui n’en rajoute qu’à la grogne anti américaine globale.

Hubert Marlin

Journaliste.