Flashmag Digizine Edition Issue 101 January 2020 - Page 11

...............11............

Flashmag January 2020 www.flashmag.net

En 2016, les États-Unis ont activé le premier de ces systèmes terrestres AEGIS en Roumanie. C’est cette étape qui a brisé le traité FNI et accéléré les travaux de la création des engins hypersoniques.

Le fait qu’Obama ait précédemment signé un accord nucléaire avec l’Iran, garantissant que celui-ci ne construirait jamais d’armes nucléaires, a clairement montré que la Russie était la seule et unique cible de ces systèmes. Malgré L’explosion du 14 août 2019, qui a tué plusieurs scientifiques russes qui travaillaient sur une base du Grand Nord, dans le cadre du développement de missiles hypersoniques, la Russie avec la sortie de décembre 2019 semble avoir tenue ses promesses

Alors que la Russie semble être revenu au niveau des Etats-Unis et d’avoir même surpassé les américains sur certains points ; il est important de constater que les chinois ou les russes n’ont pas d’ambition hégémonique militaire lorsque la Russie pense légitimement à défendre son espace vital, la Chine elle pense plus à protéger ses routes de commerces avec son projet ambitieux de nouvelle route de la soie qui n’est réalisable que dans un environnement de relative paix.  De leur côté, les américains ne peuvent espérer une hégémonie militaire et économique que dans un monde en guerre qui freinerait l’expansion des Nations comme c’est le cas depuis en Libye ou au Congo.  Et la Russie et la Chine ne sont ni le Congo ni encore moins la Libye ou la Somalie. Aussi il est logique que Pékin et Moscou voit dans chaque crise comme la guerre de Tchétchénie, la crise des Ouighours ou celle de Hong Kong des tentatives visant à déstabiliser leurs pays respectifs par des ennemies de l’extérieur, même si les revendications de ces peuplades sont légitimes. 

Aussi il semble logique qu’avec la nouvelle donne mondiale, que les mouvements sécessionnistes dans plusieurs pays auront désormais du mal à faire valoir la légitimité de leur combat, car comme dans la zone anglophone du Cameroun, dans le Biafra nigérian, ou dans l’Azawad malien, ces mouvements souffriront de manière criarde du discrédit à cause de leur parrainage réel ou supposé par l’empire   occidental décadent.  En tous cas une chose est sure, la troisième guerre mondiale qui a commencé en 2001 avec les évènements du 11 septembre à New York, est asymétrique, elle se combat sur le plan militaire avec des marionnettes terroristes qui donnent quitus à l’expansion militariste occidentale, et sur le plan économique avec les embargos économiques comme ceux sur l’Iran, le gel des avoir des régimes jugés  hostiles, la manipulation des aides et traités  économiques comme l’AGOA,  et les guerres économiques,  comme celle entre la Chine et les Etats-Unis. Dans ce tableau, il faudra désormais ajouter la guerre électronique et la course à l’armement hypersophistiqué. 

Lorsqu’en occident certains penseurs affirment qu’il est légitime de faire la guerre aux autres pour prospérer, beaucoup refusent de voir qu’un pays comme la Chine ces 30 dernières années a connu un développement fulgurant sans envahir ou coloniser d’autres pays supposés plus faibles. Alors que le motif économique reste prépondérant dans les vecteurs de la guerre, pour que ce monde survive il est important que le paradigme du profit par la haine soit remplacé par la coopération pacifique fidèle à la doctrine du gain réciproque.

 

Hubert Marlin 

Journaliste