FdT - Page 96

santé L’hyperprolactinémie chez la femme Vous observez un écoulement anormal de lait par le ou les mamelons ? Vous avez un problème d’infertilité  ? Votre cycle menstruel est irrégulier ? Tous ces symptômes peuvent être des signaux indiquant un taux élevé de prolactine, provoquant l’hyperprolactinémie. Quelles sont ses causes, comment se manifeste-t-elle  ? Comment la diagnostiquer ? Et comment la traiter ? Qu’est-ce que l’hyperprolactinémie ? L’hyperprolactinémie est une anomalie hormonale se caractérisant par la sécrétion excessive de prolactine dans le sang. La prolactine, elle, est l’hormone de la lactation, secrétée par l’hypophysaire antérieure, soit une glande endocrine située à la base du crâne. Elle est notamment connue pour son rôle dans la lactation. Si le taux de prolactine dépasse 20 ng/ ml chez la femme, on parle alors d’un cas pathologique, autrement dit d’hyperprolactinémie. Quelles sont les répercussions d’une hyperprolactinémie ? -Une galactorrhée, soit un écoulement de lait, après ou sans stimulation du ou des mamelons. -Des irrégularités dans le cycle menstruel voire même une aménorrhée, soit l’absence des règles. -Une possible disparition totale de l’ovulation. -Une ostéopénie, qui est une baisse de la densité de l’os. -Une infertilité. Quelles sont les causes d’une hyperprolactinémie ? -Le stress physique ou psychologique. Mais attention, l’angoisse ou le stress lors du prélèvement sanguin peuvent fausser les résultats. -La présence d’une tumeur bénigne au niveau de l’hypophyse, qu’on appelle adénome de l’hypophyse. La sécrétion de prolactine est donc ici de nature tumorale. Des causes liées à des maladies : -L’hypothyroïdie primaire, par augmentation de la sécrétion de TSH. -Syndrome des ovaires polykystiques. -Cirrhose. -Une insuffisance rénale chronique. -Lésion thoracique. -Syndrome de Cushing. -Des maladies infiltratives telles que la sarcoïdose qui est une maladie inflammatoire systémique. 98 Des causes liées à la prise de médicaments La prise de médicaments, tels que certains traitements neuroleptiques, les oestrogènes, ou les morphiniques, etc., peut également être derrière une hyperprolactinémie. Comment dépister une hyperprolactinémie ? Les causes extra-hypophysaires doivent être éliminées en premier lieu, à commencer par la grossesse, l’hypothyroïdie, une cause médicamenteuse ou l’insuffisance rénale. Après quoi des analyses par voie sanguine seront prescrites afin d’effectuer un dosage de la prolactine dans le sang. Ce dernier varie d’un laboratoire à un autre, cependant la limite supérieure à la normale se situe entre 15 et 25 ng/ml. Le prélèvement se fait en général après 15 minutes de repos, le stress pouvant fausser le résultat, comme mentionné plus haut. Ensuite un test à la TRH (l’hormone thyréotrope qui stimule entre autres la libération de la prolactine par l’hypophyse antérieure) peut être réalisé. Ce test est effectué dans le but de savoir si l’origine de l’hyperprolactinémie est hypophysaire. S’il s’avère enfin, après le test à la TRH, que l’origine est bien hypophysaire, une IRM cérébrale est alors demandée afin de confirmer le diagnostic. Notons dans ce cas que le taux de prolactine doit être supérieur à 150 ng/ml. Comment traiter une hyperprolactinémie ? Le traitement dépend des causes de l’hyperprolactinémie. Si l’origine est due à la prise d’un médicament, il suffit d’arrêter d’en prendre. Si elle est due à une autre maladie, il faudra juste traiter celle-ci. Si en revanche l’hyperprolactinémie est d’origine tumorale, elle sera traitée par médicaments si le diamètre de la tumeur est inférieur à 10 mm, ensuite par interventi ۈ\\X[H&Z[H۝\8&YY] [B\HHX[pHHH[Y]\\\0\Y]\0 Lۈ\ZY\HB[Z[Y\HZ[HXH[Z][Y[pYX[Y[]^ Z]H0][H[B\H[]YH\[\[[ۈ\\X[KBpXH\XYBNB