Fdt - Page 88

sexo L a sexualité au sein du couple est un sujet très complexe qu’un seul article ne peut résumer. Parce que cette sexualité est avant tout une affaire privée et parce que nous pensons, à Femmes de Tunisie, que certains sujets doivent engager une réflexion plutôt qu’imposer une réponse, nous avons traité ce thème sous forme de débat. Emna, Elyssa, Mohamed-Ali et Hamza nous livrent leur opinion, des idées qui se confrontent et se rejoignent parfois. La première fois que j’ai révélé à une amie mon asexualité, lorsque je lui ai dit que je ne ressentais aucun désir pour un homme ou pour une femme, elle m’a répondu d’aller voir un médecin, parce que j’étais sûrement malade! Vous voyez un peu l’état de notre société?» Lorsqu’on demande à Emna ce qu’elle pense du rôle de la sexualité dans le couple, elle répond sans hésiter que le sexe est un partage essentiel entre les deux partenaires: «Le sexe est une preuve d’amour. Parfois je ressens des sentiments si profonds qu’aucun mot ne peut transmettre. L’unique moyen de les partager, c’est en laissant le corps exprimer ses besoins. A mon avis, ne plus avoir de relations sexuelles, c’est comme ne plus dire “je t’aime” à son chéri, c’est le début de la fin!» Si le sexe est un sujet tabou, il est pourtant considéré comme essentiel à l’épanouissement d’un couple. D’ailleurs, il n’est pas rare que l’on fasse l’amalgame entre amour et sexualité. Réalité ou idée reçue? L’absence de sexualité entraîne-telle indéniablement la mort du couple? 90 Des propos qui font réagir Elyssa. La jeune femme pense qu’au contraire, le sexe n’est pas indispensable aux sentiments: «Si le sexe sans amour est possible, c’est qu’il y a des personnes qui s’aiment sans sexe. Des gens comme moi, qui n’ont jamais ressenti le besoin de franchir le pas. Malheureusement, notre société est schizophrène. On te traite de fille facile quand tu parles de sexualité et paradoxalement, on ne conçoit pas qu’un couple puisse durer sans sexe, comme si le sexe était à la fois mal et bien! La première fois que j’ai révélé à une amie mon asexualité, lorsque je lui ai dit que je ne ressentais aucun désir pour un homme ou pour une femme, elle m’a répondu d’aller voir un médecin, parce que j’étais sûrement malade! Vous voyez un peu l’état de notre société?» Cette forme inédite de sexualité est un mensonge selon Mohamed Ali qui ne croit pas en l’absence totale de pulsions sexuelles. Pour lui, les rapports amoureux sont nécessaires car ils empêchent d’aller voir ailleurs: «Arrête la mauvaise foi, tout le monde aime le sexe et tout tourne autour du sexe! Regarde autour de toi, est-ce que tu vois combien les Tunisiens sont sexuellement frustrés? Déjà qu’il faut attendre d’être marié avant de pouvoir faire l’amour, tu veux en plus nous en priver après? Au-delà du fait que nous avons des besoins sexuels à assouvir, les rapports intimes sont le ciment du couple: si les partenaires ne sont plus sur la même longueur d’onde, l’un ou l’autre finira par aller voir ailleurs. Les pulsions sexuelles sont tout ce qu’il y a de plus naturel, alors pourquoi lutter contre notre condition d’être humain?» Pour Hamza, la situation est différente et bien plus compliquée qu’une histoire de pulsions. Marié plus par nécessité que par amour, le jeune homme témoigne que le sexe a été pour lui un moyen de découvrir sa femme: «Je me suis marié à 37 ans. R** était une copine d’enfance et comme nous étions dans la même situation, nous avons décidé de nous unir pour faire taire les commérages. On s’appréciait sans vraiment s’aimer, comme deux bons amis. Trois ans après notre mariage, toute la famille attendait notre bébé, alors on a commencé à essayer. Au début, c’était purement mécanique, mais au fil du temps, quelque chose a changé. Ses courbes gracieuses et la douceur de son regard m’ont ému… Le fait est que je suis tombé amoureux d’elle et c’est notre sexualité qui m’en a fait prendre conscience. Je ne sais pas si on peut aimer sans sexe, mais je suis sûr d’une chose: le sexe contribue au développement des sentiments.» 91