FÉVRIER 2015_NO.4 - Page 8

ÉTHIQUE UN COMPLÉMENT UTILE À L’ERGOTHÉRAPIE NATHALIE TREMBLAY, erg [96_124] PRATIQUE CLINIQUE G������ �� M�G��� �� ������������ �� 1996, N������� � ��������� �� Q����� �� �� N�������- Z������ ����� �������������� �� ������ ����������� �� �� ������ �� ������������. E��� � ��������� ������� ��� ���������� �� ������� ��������� (D������ �’É����� S����������) �� �� ������� �������� (�������������� �� �������� �����) � �’U��������� �� S���������. E��� ��������� ����� �������������� �������� �� C����� M���������� �� ������������, ����� �� ������� �� S�-H��������, �� ���������� ������� ������. L ’éthique. Un concept à la mode, mais pourquoi ? À notre époque, nous avons perdu nos repères religieux, familiaux et même culturels. Nous avons tenté de donner un sens à nos actions avec des règles, des normes et une culture gestionnaire souvent axée sur la performance et l’efficience. Toutes ces normes sont souvent utiles pour baliser le « vivre ensemble », mais les professionnels de la santé, incluant les ergothérapeutes, sont tellement normés qu’ils s’y perdent parfois. Que faire quand une norme professionnelle entre en conflit avec une norme administrative? Comment naviguer entre les normes de l’Ordre des ergothérapeutes du Québec, celles de l’employeur, en plus de nos valeurs personnelles, professionnelles et celles de nos usagers ? C’est de cette perte de repères qu’est né l’engouement récent pour l’éthique. Et pourtant, c’est un concept qui existe depuis Aristote lors de la période de la Grèce antique ! QU’EST-CE QUE L’ÉTHIQUE ? Retenons ici, comme définition, que l’éthique est un mode de réflexion qui vise une décision légitime et humanisante (Malherbe, 1996) dans une situation engendrant un malaise et une impasse. Le malaise peut provenir d’un conflit de normes, de valeurs ou de croyances. Il est important de souligner qu’une situation en éthique se trouve toujours dans un contexte et des circonstances uniques, et qu’une décision en éthique n’est pas transposable d’un cas à un autre. ÉTHIQUE ET ERGOTHÉRAPIE La prise de décisions de l’ergothérapeute est difficile dans certaines situations et certains contextes. Étant au cœur de l’équipe multi ou interdisciplinaire, l’ergothérapeute est souvent appelé à se prononcer sur des questions sensibles. On peut penser à des exemples comme :  Déclarer ou non une personne à la SAAQ dans un contexte où l’évaluation clinique est limite pour la sécurité publique et celle de l’usager, mais où l’autonomie fonctionnelle de ce dernier est grandement dépendante de son indépendance à la conduite auto ;  Les situations de contention/décontention où l’on doit faire le choix difficile entre la liberté de mouvements et la prévention des chutes ;  Déclarer ou non à la Direction de la Protection de la Jeunesse (DPJ) une famille dont l’enfant handicapé semble négligé ;  Accepter ou non un dossier supplémentaire dans une charge de cas déjà très chargée. Nous sommes déchirés entre le désir d’être dévoués et professionnels envers nos clients actuels et le désir tout aussi noble d’être équitables envers un client qui attend nos services depuis longtemps ;  Se prononcer sur un retour à domicile pour une personne dont la sécurité pourrait être menacée (ex : risque de chute ou de dénutrition élevée) alors que la personne elle-même désire ardemment retourner dans son environnement domiciliaire ; [suite page 10] Erg-go! REVUE DES ERGOTHÉRAPEUTES DU QUÉBEC FÉVRIER 2015_NO.4 09