erg-go! REVUE DES ERGOTHÉRAPEUTES DU QUÉBEC PRINTEMPS2016_NO.7 - Page 4

À ce jour, dans ma vie, j’ai vécu une remise en question existentielle. Quel choc quand ça nous arrive ! On ne sait pas ce que c’est réellement tant qu’on ne l’a pas vécu. Je vous le dis ! Il aurait été préférable que cette transformation soit faite volontairement et non pas par la force des choses ; ça arrive rarement ainsi. Au départ, je l’ai subie et par la suite, j’y ai pris part agilement. À l’âge de 28 ans, je ne m’en y attendais pas… pas du tout ! On entend souvent parler de l’adolescence et de ses multiples tourments, de la quarantaine et de la crise qui survient à la venue de ce changement d’âge, de la retraite et des questionnements qui y sont reliés. Pour moi ? Ce fut une accumulation de plusieurs petits et grands évènements. Trop complexe et personnel à énumérer. Au départ, je tenais tellement à savoir quel était mon diagnostic … Parce qu’avec un diagnostic, on peut avoir un ‘’remède’’ ! J’étais vraiment une patiente, non pas une ergothérapeute. États d’âme d’anxiété, de questionnements, de déprime, de joie momentanée, de découragement… Difficile de résumer cela en un seul diagnostic ; le gagnant fut tout simplement le trouble d’adaptation. En fait, la psychologue m’avait bien dit qu’il n’était pas important, dans ma situation, d’obtenir un diagnostic précis. J’ai finalement lâché prise sur le diagnostic et je me suis concentrée sur ma guérison mentale, mon mieux-être. Le plus difficile ne fut pas de prendre une médication ni de consulter une psychologue, mais de faire du ménage dans chacun des tiroirs de ma vie… Analyser, comprendre, évoluer. Analyser, comprendre, évoluer. La force mentale était à son minimum. Heureusement, le minimum requis pour pouvoir continuer. Pouvoir et non pas vouloir. Vous devez comprendre qu’à ce point, ce n’est plus une question de volonté mais de capacité. Arrêt complet de travail, médication, acupuncture, massothérapie, lecture de précieux livres, sessions de méditation bouddhiste, psychologie avec une approche humaniste et cognitive basée sur la pleine conscience, retour au travail progressif… À présent, la vie n’a jamais été aussi claire et sereine. J’ai 34 ans. Encore aujourd’hui, j’entends trop souvent des thérapeutes douter du volontariat de guérison physique et/ou mentale de certains patients et décider des raisons pour lesquelles un patient n’évolue pas au rythme attendu. Sachez que la situation est la plupart du temps beaucoup plus complexe que vous ne l’imaginez. Pensez au très long processus par lequel je suis passée et ce, malgré toutes les connaissances que j’avais comme ergothérapeute… En tant que thérapeute, n’oubliez pas que vous êtes de passage dans la vie de ces patients. Marquez ce passage par votre écoute active et votre ouverture d’esprit. Chercher à comprendre leur mal-être. Vos patients vous en seront très reconnaissants. Le jugement, ça se sent et ça repousse … Alors même lorsque vous ne comprenez pas pourquoi ça n’avance pas au rythme que vous voudriez, continuez d’être là pour eux. Je vous suggère une excellente formation offerte par Pierre Fortier (psychologue et ergothérapeute) sur la thérapie cognitive et l’activation comportementale. Cet homme hautement humain et passionné, pratiquant comme ergothérapeute, vous outillera certainement pour être plus habile… Bonne lecture du printemps ! 04 Danielle Boivin, erg. [04_024] fondatrice + rédactrice en chef revue.erg.go@gmail.com 05