erg-go! REVUE DES ERGOTHÉRAPEUTES DU QUÉBEC AUTOMNE2016_NO.9 - Page 16

RECHERCHE [ SUITE ] L’ERGOTHÉRAPIE EN MILIEU CARCÉRAL AFIN DE LUTTER CONTRE LA PRIVATION OCCUPATIONNELLE, UNE ÉVALUATION DES BESOINS DU MILIEU QUÉBÉCOIS INTÉGRER LE MODÈLE FEAR-AVOIDANCE DANS L’APPROCHE DE LA DOULEUR DES ERGOTHÉRAPEUTES Robinson, K., Kennedy, N., et Harmon, D. (2012). The flow experiences of people with chronic pain. OTJR: Occupation, Participation and Health, 32(3), 104-112. Romano, D., Llobera, J., et Blanke, O. (2015). Size and viewpoint of an embodied virtual body impact the processing of painful stimuli. The Journal of Pain, 17 (3), 350-358. Roosink, M., McFadyen, B. J., Hébert, L. J., Jackson, P. L., Bouyer, L. J., et Mercier, C. (2015). Assessing the Perception of Trunk Movements in Military Personnel with Chronic Non-Specific Low Back Pain Using a Virtual Mirror. PloS one, 10(3), e0120251. Seminowicz, D. A., Shpaner, M., Keaser, M. L., Krauthamer, G. M., Mantegna, J., Dumas, J. A., ... et Naylor, M. R. (2013). Cognitive-behavioral therapy increases prefrontal cortex gray matter in patients with chronic pain. The Journal of Pain, 14(12), 1573-1584. Seminowicz, D. A., Wideman, T. H., Naso, L., Hatami-Khoroush ahi, Z., Fallatah, S., Ware, M. A., ... et Stone, L. S. (2011). Effective treatment of chronic low back pain in humans reverses abnormal brain anatomy and function. The Journal of neuroscience, 31(20), 7540-7550. Sullivan, M. J., Bishop, S. R. et Pivik, J. (1995). The pain catastrophizing scale: development and validation. Psychological assessment, 7(4), 524. Trost, Z., et Parsons, T. D. (2014). Beyond Distraction: Virtual Reality Graded Exposure Therapy as Treatment for Pain-Related Fear and Disability in Chronic Pain. Journal of Applied Biobehavioral Research, 19(2), 106-126. van Koulil, S., van Lankveld, W., Kraaimaat, F. W., van Helmond, T., Vedder, A., van Hoorn, H., ... et van Riel, P. L. (2010). Tailored cognitive–behavioral therapy and exercise training for high-risk patients with fibromyalgia. Arthritis care et research, 62(10), 1377-1385. Veehof, M. M., Oskam, M. J., Schreurs, K. M., et Bohlmeijer, E. T. (2011). Acceptance-based interventions for the treatment of chronic pain: a systematic review and meta-analysis. PAIN, 152(3), 533-542. Vlaeyen, J. W., De Jong, J. R., Onghena, P., Kerckhoffs-Hanssen, M., et Kole-Snijders, A. M. (2002). Can pain-related fear be reduced? The application of cognitive-behavioural exposure in vivo. Pain Research and Management, 7(3), 144-153. Vlaeyen, J.W., et Linton, S.J. (2012). Fear-avoidance model of chronic musculoskeletal pain: 12 years on. Pain, 153(6), 1144-1147 Vlaeyen, J. W., Morley, S., Linton, S., Boersma, K. et De Jong, J. (2012). Pain-related fear: Exposure-based treatment for chronic pain. Seattle, WA : IASP Press. Vranceanu, A. M., Ring, D., Kulich, R., Zhao, M., Cowan, J., et Safren, S. (2008). Idiopathic hand and arm pain: delivering cognitive behavioral therapy as part of a multidisciplinary team in a surgical practice. Cognitive and Behavioral Practice, 15(3), 244-254. Vranceanu, A. M., et Safren, S. (2011). Cognitive–Behavioral Therapy for Hand and Arm Pain. Journal of Hand Therapy, 24(2), 124-131. FÉLIX CÔTÉ-LECLERC, erg. [15-058]1; DANY FOUCAULT-PICHÉ, erg. [15-049]¹; CLAUDINE GOULET, erg., M.SC. [98-058]¹ R ¹ : Université de Sherbrooke ÉSUMÉ : Cette évaluation de besoins a étudié la pertinence de l’ergothérapie en milieu carcéral provincial au Québec. Des entrevues semi-structurées ont été réalisées auprès de huit détenus et trois membres du personnel professionnel (conseillers en milieu carcéral) afin de connaître leur perception des services offerts et de la réalité quotidienne des détenus. Les questionnaires utilisés lors des entrevues sont basés sur l’Occupational Self-Assessment (OSA-Kielhofner, 2009) et l’Occupational Performance History Interview-II (Kielhofner, 2001; 2004). Les résultats ont été regroupés selon six thèmes : privation occupationnelle, gestion de l’ennui et capacité d’adaptation, routine et sommeil, aptitudes sociales, motivation et travail. Les résultats reflètent des difficultés dans toutes ces sphères. La pertinence de l’ergothérapie comme intervention complémentaire à celles proposées dans le milieu est avancée. Des recommandations par rapport à l’implantation sous forme de projet pilote ou de partenariat et d’autres sphères d’intervention à explorer sont discutées. RECENSION DES ÉCRITS En 2008, 9423 détenus incarcérés dans le système carcéral provincial ont retrouvé leur liberté (Ministère de la Sécurité publique, 2015). Ce nombre de libérations annuelles montre l’importance d’offrir des services de réinsertion sociale¹ aux détenus. Selon la Déclaration de Services au Citoyen (Ministère de la Sécurité Publique, 2016a), le Ministère de la Sécurité publique doit offrir des plans d’intervention visant la réintégration sociale afin de diminuer le taux de récidive. Est-il possible que l’ergothérapie puisse appuyer cette mission ? Les buts de l’ergothérapie sont de favoriser l’autonomie des personnes, de leur permettre d’avoir une qualité de vie satisfaisante ainsi que de favoriser leur maintien dans leur milieu de vie et leur intégration dans la communauté (Ordre des Ergothérapeutes du Québec, 2015). L’évaluation de la pertinence de 16 ERG-GO! REVUE DES ERGOTHÉRAPEUTES DU QUÉBEC AUTOMNE 2016_NO.9 l’ergothérapie en milieu carcéral devient intéressante puisque les opportunités occupationnelles sont grandement limitées (DeVos, Hauser, Kitchen et Ring, 2012), et parce que la réinsertion sociale des détenus est visée à leur sortie. Jusqu’à maintenant, plusieurs chercheurs ont démontré la pertinence de l’ergothérapie dans le processus de réinsertion sociale des détenus. Ces études ont été menées en Nouvelle-Zélande (Whiteford, 1997), au Royaume-Uni (Fitzgarald, Ratcliffe et Blythe, 2012; Langstone, Warwick et Lockley, 2011; Lewis, 2011; Lovemore, 2011; Wale, 2011; Watkins, 2011), aux États-Unis (Eggers, Muñoz, Sciulli et Crist, 2006), ainsi qu’au Canada (DeVos, Hauser, Kitchen et Ring, 2012). Dans ces études, les ergothérapeutes intervenaient sur la privation ocupationnelle² (Eggers, Muñoz, Sciulli et Crist, 2006; Whiteford 1997), la gestion de l’ennui (DeVos, Hauser, Kitchen et Ring, 2012), la routine (Whiteford, 1997), les aptitudes sociales (Hood, 1998; Watkins, 2011), les capacités d’adaptation (Langstone, Warwick et Lockley, 2011; Lewis, 2011; Watkins, 2011) et le travail (Eggers, Muñoz, Sciulli et Crist, 2006). La pertinence et Totten, 2012). À notre connaissance, peu d’études (Falardeau, Morin et Bellemare, 2014) se sont intéressées aux besoins en ergothérapie dans les établissements de détention provinciaux du Québec, où cette profession est actuellement absente. [suite page 18] ¹ Ensemble des interventions ayant pour objectif qu’une personne contrevenante vive de façon socialement acceptable, dans le respect des lois, et se traduisant par des activités et des programmes visant à soutenir son cheminement, à mieux la connaître, à consolider une relation de confiance, à mettre à contribution son réseau familial et social, et à lui offrir le s services adaptés à ses besoins (Ministère de la Sécurité publique, 2014). ² La privation occupationnelle est un état dans lequel une personne ou un groupe ne peut pas réaliser ce qui est nécessaire et significatif dans sa vie en raison de restrictions externes (Whiteford, 2000). Erg-go! REVUE DES ERGOTHÉRAPEUTES DU QUÉBEC AUTOMNE 2016_NO.9 17