Echo de Gier n°76 - Page 13

VIE SOCIALE ABOIEMENTS Les chiens sont nos amis, mais s’ils sont les amis de leurs propriétaires, ils peuvent également être une très grande nuisance pour leurs voisins. Ce n’est pas drôle d’enfermer son ou ses chiens alors qu’on habite à la campagne, ni de leur mettre au cou un collier anti-aboiement ; cela peut aller jusqu’à les blesser. Mais que peuvent faire les voisins qui subissent quelques fois toute la journée, souvent pendant des heures, les aboiements des chiens de leurs voisins ? Rester chez eux ? Mais ils sont justement chez eux ! S’enfermer dans leur maison ? Mais eux aussi ont choisi de vivre à la campagne ; Ont fait ce choix pour rester enfermés dans leur maison ? N’est-ce pas un comble que de s’enfermer chez soi pour que les chiens de ses voisins puissent aboyer dehors ? D’autant que cela n’est, la plupart du temps pas, suffisant pour s’isoler du bruit engendré par les aboiements. Subir le bruit d’aboiements pendant des heures est une nuisance insupportable ; cela rend fou et peut rendre dépressif. D’autre part, le seuil de tolérance est propre à chacun et ce qui peut paraître supportable par certains peut être insupportable par d’autres. Quelles solutions ont alors ceux qui les subissent ? • Déposer plainte contre ses voisins ? cela détériore les relations, règle rarement le problème et prend souvent beaucoup de temps pendant lequel les nuisances sont toujours là. • Déménager ? Cela peut résoudre le problème ponctuellement mais le laisse aux locataires suivants et ne garantit pas que le prochain logement ne soit pas sujet au même problème. • Vendre sa maison ? Mais une habitation avec une telle nuisance est très difficilement vendable. Et puis, les nouveaux propriétaires qui ont trouvé la maison de leurs rêves vont, à leur tour, très vite déchanter Non, la seule solution durable est le civisme, le respect d’autrui d’autant plus avec ses voisins avec qui il est plus agréable pour tout le monde d’entretenir de bonnes relations. Il est indispensable d’éduquer ses chiens et de faire en sorte qu’ils ne passent pas leur journée à aboyer. Il y a des associations ou des centres qui apprennent à élever et dresser les chiens. S’il n’est pas agréable d’être l’objet de plaintes, ce n’est pas non plus agréable de se plaindre de quelqu’un. Si les chiens n’aboient pas, il n’y a pas de plainte. Subir le bruit d’aboiement est une vraie agression. Les aboiements sont une nuisance à autrui et sont condamnab