BCarlington News Magazine 2 - Page 37

Si une scène vous vient, n’hésitez pas à l’écrire dans un coin, quitte à revenir dessus ou à ce qu’elle ne soit pas dans l’histoire. Ce n’est pas grave et cela vous libère l’esprit pour continuer votre histoire.

Je travaille donc essentiellement scène par scène, que j’emboîte les unes avec les autres, n’écrivant les parties « liantes » qu’ensuite.

IV. La relecture

Indispensable ! Surtout si comme moi, vous travaillez avec un roman-puzzle. Pour se faire, entourer vous de trois ou quatre personnes de confiance qui vous donneront un avis différent sur votre histoire.

Si comme moi, vous êtes indépendants et que vous êtes loin de gagner ce qu’il faut pour vous payer une équipe de pro, sachez que sur FB, il existe plein de groupes où tout un tas de gens offrent ce service gratuitement. Les corrections et les conseils de réécriture sont généralement très bons et permettent de faire un travail quasi parfait ! Alors travaillez avec un, puis avec un autre, et quand vous aurez trouvé ceux avec qui ça marche le mieux, gardez-les ! Vous ferez un travail formidable ensemble.

Dans mon cas, la relecture peut-être plus longue que l’écriture. C’est le principal problème de cette méthode d’écriture, il faut bien relire pour éviter toute incohérence !

V. Les fiches d’écriture

Je n’en fais pour ainsi dire jamais. Sauf dans le cas de « Hybrid » qui, comme c’est une série fantastique, a un background assez complexe et une galerie de personnages. À la fin du 1er roman, j’ai commencé à faire mes fiches persos, mes fiches « monde », mes fiches « storyboard ». Elles me permettent de ne pas faire d’erreurs idiotes dans le second tome, et de préserver la cohérence de mon histoire et de mon monde.

N’hésitez donc pas en faire, surtout si vous écrivez plusieurs histoires dans un même univers !

Disponible sur

Amazon