AUTOMNE 2015_NO.6 - Page 36

PORTRAIT [ SUITE ] PRATIQUE CLINIQUE QUAND UNE ERGOTHÉRAPEUTE NOUE L’ENTREPREUNARIAT ET LE PORTAGE dernier pourrait-il se concrétiser ? En fait, elle cherche à ce que sa compagnie soit reconnue comme une référence en portage. Elle désire aussi poursuivre son partenariat avec des organismes à but non lucratif et en réadaptation physique. Au passage, elle encourage les ergothérapeutes qui ont une passion de la suivre, même si elle nécessite de sortir des sentiers battus de notre profession. Si cette vague mène vers l'entrepreneuriat, il faut s'attendre à faire plusieurs apprentissages et à relever plusieurs défis. Le volet international n'est pas sa priorité, car les frais sont élevés et augmentent significativement le prix de ses produits, les rendant moins accessibles. En lui parlant, toutefois, on peut facilement comprendre qu'elle ne regrette pas son cheminement particulier d’ergothérapeute clinicienne, à maman, et à entrepreneure. En résumé, elle dit qu'elle veut continuer à faire ce qu'elle fait depuis le début, soit de suivre la vague. UNE VAGUE À SUIVRE, EN ERGOTHÉRAPIE Elle souhaite aussi que les ergothérapeutes travaillant avec des jeunes familles ajoutent les porte-bébés à leur valise de modalités ergothérapiques. Selon elle, tous les parents de jeunes enfants peuvent en bénéficier. Dans certains cas, ça peut faire une différence majeure au niveau de leurs occupations, et, dans d'autres cas, une plus petite, sans être négligeable. Selon Mme Duhaime, c'est une approche assez simple à apprendre et à enseigner. GÉRER SON TEMPS ET SES PRIORITÉS DANS UN CONTEXTE DE TURBULENCE MARIO CÔTÉ, B.Sc.ergothérapie, DESG, CRHA Pour joindre l’auteure : julie.coutya@gmail.com Pour joindre Mme Duhaime : info@chimparoo.ca « A���� �������� ��� ������ � �’U��������� M�G��� �� 1992, ����� � �������� ������ �� �������� �� ������������, M���� C��� � ��������� ��� ������ � �’É���� N�������� �’A������������� P������� (ÉNAP) �� � �’É���� ��� H����� É����� C����������� (HEC) ���� �������� ��� ������������� �� �������. I� � ������� ��������� ������ ��� ��������� �’������ �������������� � ����� �� ������������ ���� �� ������ �� �� ����� �� ��� �������� �������. D����� 2006, �� ��� ������� � R����� DOF, �� ��� ������ �� �’O���� ��� ����������� �� ���������� �������� ������ ������ ������ ���. I� � ��������� �� ������������� ��� ����������� �� ���� �� 10 000 ��������� � ������� �� C�����, ��� �’��������� �� ���������� �� �� ����������� ����� ��� ��� �� �������� �� ������� �� �������� ������ ������ ���� �� �������� �� �� �������������, �� ������� �� ����� �� ��� ���������, �� ������� �� �� �����������, �� ������� �� �� �����������, �� ���������� �� ���������� �� �� ����������. À l’instar d’une grande proportion de professionnels de la santé, bien des ergothérapeutes verront leurs conditions de travail et de pratique changer de façon significative au cours des prochains mois. Austérité, rationalisation, optimisation, coupures de services et restructuration affecteront la gestion du temps et des priorités de bon nombre de professionnels. Avant la turbulence de ces grands changements, bien des professionnels arrivaient à concilier adéquatement, et de manière relativement intuitive, la gestion de leurs responsabilités, de leurs priorités, des urgences et des demandes de dernière minute. Il pouvait toujours y avoir, malgré tout, quelques débordements occasionnels, mais quelques heures de plus de travail, un blitz dans certains dossiers, l’aide d’un collègue et le tour était joué. Selon le modèle des étapes d’apprentissage, développé par la firme Gordon Training International et son employé Noel Burch au cours des années 1970, et parfois attribué, sans références précises, à Abraham Maslow, on fait alors réfé- 36 Erg-go! REVUE DES ERGOTHÉRAPEUTES DU QUÉBEC AUTOMNE 2015_NO.6 » On ne peut pas contrôler les vents, mais on peut toujours ajuster ses voiles - Auteur inconnu. rence à l’étape d’apprentissage qu’ils nomment la compétence inconsciente. À ce stade, on connaît une multitude de stratégies pour composer avec les situations qui se présentent à nous, sans pour autant pouvoir expliquer précisément comment on arrive à demeurer en contrôle . Or, les grands changements nous amènent parfois à vivre un certain niveau d’instabilité. Il faut donc, dans ces circonstances, prendre un peu de recul, pour réaliser que les stratégies anciennement utilisées ne conviennent plus au nouveau contexte auquel nous sommes confrontés. Continuer de répéter les stratégies optimales d’avant ne permettra pas, bien souvent, de composer avec la nouvelle réalité, au risque de causer de la frustration, un très grand inconfort ou m