AUTOMNE 2015_NO.6 - Page 32

PORTRAIT QUAND UNE ERGOTHÉRAPEUTE NOUE L’ENTREPREUNARIAT ET LE PORTAGE JULIE COUTYA, erg [13_051] É tant à mon premier congé de maternité, je découvre les joies du maternage : couches lavables, diversification alimentaire, les cafés mamans-bébés et, le sujet de mon article, le portage! Pour ceux qui ne connaissent pas cette approche, c'est l'utilisation de différents équipements pour mettre son enfant (bébé principalement) sur soi sans avoir à le tenir avec ses bras. Le but premier est de favoriser la proximité, peau à peau, connue pour être bénéfique pour les deux membres de la dyade. De plus, le portage est très utile pour vaquer aux diverses occupations de la nouvelle maman, car il libère les mains ! Dans le cadre de mes découvertes personnelles à ce sujet, j'ai été agréablement surprise d'apprendre que la propriétaire d'une compagnie québécoise de porte-bébés, maintenant reconnue internationalement, est ergothérapeute! En effet, Christine Duhaime a passé du secteur public au secteur privé en ergothérapie pour finalement devenir propriétaire d'une compagnie fleurissante connue de la majorité des parents québécois qui s'intéressent au portage. Je l'ai rencontrée, par une journée ensoleillée de septembre, et nous avons réfléchi aux liens entre l'ergothérapie et ses expertises (entrepreneure et spécialiste de porte-bébés). Une rencontre stimulante pour la mère et l'ergothérapeute que je suis! SON EXPÉRIENCE COMME ERGOTHÉRAPEUTE Mme Duhaime a terminé ses études en 2002 pour débuter sa pratique en plastie de la main. Son intérêt pour cette clientèle est né d'un stage avec les grands brûlés pendant lequel elle a côtoyé l'équipe de plastie. Elle rapporte avoir eu un coup de cœur pour cette clientèle spécifiquement, car la fabrication d'orthèses répondait à son besoin d’être utile et créative. Un rappel de son jeune temps où elle confectionnait ses costumes de patinage artistique ? Peut-être ! Une chose est certaine : la créativité devait rester une partie prenante de son quotidien pour que celui-ci soit satisfaisant, et c'est ce qu'elle réussit à faire avec sa compagnie. Par la suite, elle a travaillé pour une agence, ainsi que dans le secteur privé. Elle a aussi contribué à fonder une clinique privée spécialisée en plastie de la main. On note la fibre entrepreneuriale qui commence à se faire sentir. Ironiquement, ce qui l'a fait dévier de la clinique est une analyse d’activité durant son premier congé de maternité; le portage. 32 DÉCOUVERTE DU PORTAGE Avant de fonder une compagnie de porte-bébés, elle a eu un enfant, le premier de quatre ! Durant ce premier congé de maternité, elle a emménagé en Belgique pour suivre son conjoint, et c'est là-bas qu'elle a découvert le portage. En fait, elle avait découvert à ses dépens que certaines modalités de portage (avec armature, à base étroite pour le bébé) étaient peu confortables pour elle et son enfant, mais elle persistait à les utiliser car, c'était bien pratique d'avoir les mains libres et ne pas traîner une poussette. Un jour, elle croisa une Québécoise vivant en Allemagne qui portait son enfant avec un porte-bébé qui lui était inconnu: une écharpe ajustable avec anneau. C'était, en fait, un long bout de tissu très solide qui passe autour du corps, sur une épaule et à travers un an