AUTOMNE 2015_NO.6 - Page 18

INNOVATION [ SUITE ] RECHERCHE LA RÉADAPTATION DE DEMAIN : L’EXEMPLE D’UN HABITAT INTELLIGENT ET D’UN PROJET D’ASSISTANT CULINAIRE POUR PERSONNES VIVANT AVEC DES DIFFICULTÉS COGNITIVES RETRAITE ET STIMULATION COGNITIVE INFORMATISÉE Mihailidis, A. Barbenel, J.C. et Fernie, G. (2004). The efficacy of an intelligent cognitive orthosis to facilitate handwashing by persons with moderate to severe dementia. Neuropsychological Rehabilitation: An International Journal, 14(1-2), 135-171. Pinard S., Bouchard K., Adelise Y., Fortin V., Pigot H., Bier N. et Giroux S. (2015). Valorization of Assistive technologies: Lessons and Pointers, Trends in Ambient Intelligent Systems: Role of Computational Intelligence. Springer, 1-30. Morris, Z. S., Wooding, S. et Grant, J. (2011). The answer is 17 years, what is the question: understanding time lags in translational research. Journal of the Royal Society of Medicine, 104(12), 510-520. Pollack, M. E. (2005). Intelligent technology for an aging population: The use of AI to assist elders with cognitive impairment. AI magazine, 26(2), 9. National Institute for Health and Clinical Excellence. (2007). How to change practice: Understand, identify and overcome barriers to change. Londres, Royaume-Uni : NICE. Repéré à http://www.nice.org.uk/usingguidance/implementationtools/howtoguide/barrierstochange.jsp Paquette, C. (2009). Guide des meilleures pratiques en réadaptation cognitive. Presses de l'Université du Québec. Pellachia, J. (2013). Exploring the Relationships between evidence and innovation in the context of Scotland's social services. Repéré à http://www.iriss.org.uk/sites/default/files/iriss-evidence-innovation-dec2013.pdf Rashidi, P. et Cook, D.J. 2009. Keeping the resident in the loop: Adapting the smart home to the user. Systems, Man and Cybernetics, Part A: Systems and Humans, IEEE Transactions on, 39(5), 949-959. Rispoli, M., Machalicek, W., et Lang, R. (2014). Assistive technology for people with acquired brain injury. Dans G. Lancioni et N. Singh (dir.), Assistive Technologies for People with Diverse Abilities (p. 21-52). New York, NY : Springer-Verlag New York. Wilson, B. A., Emslie, H., Quirk, K., Evans, J. et Watson, P. (2005). A randomized control trial to evaluate a paging system for people with traumatic brain injury. Brain injury, 19(11), 891-894. JAËLLE BRIEN, M. SC., MYLÈNE DESLAURIERS, M. SC. et MICHÈLE HÉBERT, PHD A� ������ �� �� ��������� �� ��� �������, J����� B���� �� M����� D���������� ����������� ����� ������ � �� M������� �� ������������ �� M������ H����� ����� ����������� �� ��������� �’������������, É���� ��� �������� �� �� ������������, U��������� �’O�����. R épondant à l’intérêt grandissant de la population envers la technologie, divers logiciels de stimulation cognitive ont été développés et sont dédiés aux adultes plus âgés. Ces logiciels auraient, aux dires des concepteurs, des propriétés préventives relativement au déclin cognitif souvent associé, à tort ou à raison, au processus de vieillissement. Pour les ergothérapeutes œuvrant auprès de la population plus âgée, ces logiciels peuvent avoir un certain attrait, rehaussant les exigences cognitives que vivent quotidiennement leurs clients. Par exemple, aux personnes qui arrivent à la retraite et qui vivent un arrêt le plus souvent soudain des demandes cognitives associées au travail, l’ergothérapeute pourrait proposer l’utilisation de ces logiciels de stimulation cognitive pour remplacer les exigences cognitives dorénavant réduites. VIEILLISSEMENT, RETRAITE ET DÉCLIN COGNITIF Le déclin cognitif attribué au processus de vieillissement aurait un impact sur la qualité de vie des personnes âgées (Lee et coll., 2012). Quelques chercheurs soutiennent que le vieillissement entraîne, entre autres, une diminution de la performance des fonctions exécutives et un déclin des capacités mnésiques et de la vitesse de traitement de l’information (Colette et Salmon, 2014; Taconnat et Lemaire, 2014; Vaughan et Giovanello). La diminution des performances cognitives serait fortement associée à une performance moindre dans les activités domestiques (Vaughan et Giovanello, 2010) et les activités quotidiennes (Hébert et coll., 2007). Quelques études démontrent que l’arrêt du travail, principalement l’arrêt des demandes cognitives qui y sont rattachées, aurait un impact négatif sur les fonc- 18 Erg-go! REVUE DES ERGOTHÉRAPEUTES DU QUÉBEC AUTOMNE 2015_NO.6 tions cognitives des personnes (Bonsang, Adam et Perelman, 2012; Coe, Martin, Von Godecker, Lindeboom et Maurer, 2012; Mazzonna et Perachi, 2012). Celles ayant eu un travail plus complexe cognitivement ou socialement vivraient un plus grand déclin dans ces domaines lors de la retraite ( Finkel, Handle, Gatz et Pederson, 2009). Elles vivraient une diminution de leur bien-être et de leurs capacités cognitives, dont la mémoire et la vitesse de traitement de l’information (Miller, Dye, Kim, Jennings, O’Toole, Wong et Siddarth, 2013). La substitution des demandes cognitives liées au travail par d’autres de même niveau pourrait maintenir, voire améliorer, les capacités cognitives des personnes (Roberts, Fuhrer, Marmot et Richards, 2010). LOGICIELS DE STIMULATION COGNITIVE Frantzidis, Ladas, Vivas, Tsolaki et Bamidis (2014) soutiennent que les capacités cognitives des personnes plus âgées peuvent s’améliorer. Quelques études démontrent que l’exercice cognitif systématique induit des changem ents positifs à court terme sur le plan des capacités cognitives, mais aussi dans la plasticité structurelle du cerveau (Engvig et coll., 2012; Legault et coll., 2011); Legault, Jennings, Katula, Dagenbach, Gaussoin, Sink et coll., 2011). D’autres études soutiennent l’efficacité et la durabilité des effets de l’entraînement cognitif sur l’attention et la mémoire de travail (Lee et coll., 2012; Rabipour et Raz, 2012; Smith et coll., 2009). Miller et coll. (2013) font en ce sens la démonstration que la fréquence des activités cognitives serait inversement proportionnelle au déclin [suite page 20] Erg-go! REVUE DES ERGOTHÉRAPEUTES DU QUÉBEC AUTOMNE 2015_NO.6 19